Souffrant, Ivan Lozina, le père de Nikola, star de la téléréalité française, n’a pas été pris en charge dans un hôpital liégeois.

Ivan Lozina a eu la frousse de sa vie. Il y a quelques jours, sa jambe a commencé à gonfler, jusqu’à doubler de volume. "Je ne me tracassais pas. J’avais réceptionné un ballon sur le mollet, je pensais que c’était dû à cela", dit le père de Nikola Lozina, star de la téléréalité française.

Finalement, la situation du Belgo-Croate était bien plus inquiétante. "J’ai téléphoné à mon médecin qui m’a dit d’aller passer une écho doppler. J’y suis allé et là-bas on m’a signalé que l’artère fémorale était touchée, qu’il y avait un risque aigu de thrombose. Il a rappelé mon médecin traitant qui m’a demandé de me rendre le plus rapidement possible aux urgences."

Ivan Lozina s’est donc rendu dans un hôpital liégeois très réputé. "On m’a placé dans un box pendant trois quarts d’heure alors que c’était relativement urgent."

C’est là qu’un problème s’est posé, lorsqu’Ivan Lozina a prononcé le mot "Covid-19". "Mon épouse est infirmière et elle a contracté le coronavirus. Donc, je leur ai dit que j’avais certainement été infecté car j’avais eu de la fièvre. Un infirmier m’a fait un petit examen. On m’a dit que c’était scandaleux que mon médecin personnel m’envoie chez eux alors qu’il aurait pu gérer ça à distance. Entre-temps, ma femme avait déjà appelé les urgences où on lui avait dit la même chose, surtout que j’avais été en relation avec une personne infectée."

Mis sur une voie de garage, le père de Nikola Lozina a pu rentrer chez lui directement. "On m’a renvoyé chez moi avec un anticoagulant. On ne m’a même pas donné un verre d’eau pour que je le prenne sur place."

Un plan B

Peu rassuré par la situation, il a entrepris d’autres démarches. "J’ai appelé mon cousin qui travaille dans une clinique. Il m’a dit d’y aller dès le lendemain. Les examens ont confirmé que j’avais une embolie pulmonaire et déjà deux caillots de sang."

C’est certain, Ivan Lozina l’a échappé belle. "Si je n’y allais pas, je mourais, ce n’est pas plus compliqué que ça. Le médecin se demande comment j’ai tenu le coup aussi longtemps. La seule chose, c’est que mon cœur est très bon. C’est ce qui m’a maintenu en vie."

Rentré à son domicile en fin de journée, Ivan Lozina doit maintenant se reposer. Mais il se dit scandalisé par la situation. "Je ne comprends pas que ça puisse arriver dans un pays comme la Belgique. Oui, le Covid-19 est très grave mais il y a d’autres maladies mortelles qui nécessitent des traitements. En plus, les gens ont peur de se rendre aux urgences pour autre chose que le coronavirus. D’ailleurs, elles n’étaient pas surchargées."

Une mésaventure qui finit bien mais que le courtier en assurance et agent de joueurs ne risque pas d’oublier de sitôt.