Gazette de Liége

C’est la proposition d’Yves Marenne, conseiller communal Écolo…

Plus de doute, les traces et même les photos le prouvent… le loup est en Belgique  ! Et ce n’est plus crier au loup que de l’affirmer. En effet, le loup a même été aperçu à plusieurs endroits en Belgique. D’aucuns scrutaient son retour à l’orée de nos forêts ardennaises mais Roger Herman, membre du Réseau loup et par ailleurs membre des Amis de la Fagnes l’a photographié voici quelques semaines… dans nos Fagnes précisément. Des clichés d’une incroyable netteté qui révèlent un superbe spécimen. Un éclaireur visiblement qui confirme cette présence déjà décelée à l’été 2018 sur nos hauts plateaux.

Plus de doute donc… le loup arrive et à grandes “enjambées” même, raison pour laquelle à quelques kilomètres de là, un conseiller communal Écolo d'Aywaille, qui suit ce retour avec passion mais aussi avec bienveillance, a décidé d’agir. “Chez Ecolo, nous voyons ce retour comme une excellente nouvelle”, explique Yves Marenne. Un retour attendu mais exceptionnel en effet quand on sait que le dernier loup fut tué à Érezée (tout près d’Aywaille donc) en 1897. “Et il faut se rendre compte que le loup peut faire 40-50 kilomètres en une journée. Il est donc aux portes d’Aywaille. S’il n’est pas déjà là… Depuis les Fagnes, Spa, il peut passer par le massif forestier”.

Mais pour l’Écolo donc, il faut anticiper ce retour, pas question de hurler avec les loups… d’où l’idée de faire d’Aywaille la première commune “Wolf friendly”, soit “amie des loups”, à l’instar de ce qui se fait dans les Pyrénées avec les ours précise-t-il.

“Déjà en effet, on entend plusieurs rumeurs avec les chasseurs”, poursuit l’Écolo. Certains y percevraient un joli trophée. Avec ce label doit-on comprendre, on anticiperait les possibles dérives.

“Il faut que tout le monde se rende compte que le retour du loup est une excellente nouvelle pour la gestion des forêts et du gibier car il est un régulateur naturel”. Un facteur dont il faudrait plus que jamais tenir compte lorsqu’on sait que la peste porcine résiste observe encore l’élu.

Pourquoi toutefois agir au niveau communal alors que le loup est une espèce protégée  ? Et que la Région a déjà enclenché son Plan loup, prévoyant notamment des indemnités en cas d’attaque de loups sur du bétail  ? “Le rôle du pouvoir communal peut être d’informer sur la réalité des loups, de rassurer la population mais aussi les agriculteurs. Il s’agirait d’aider à l’accueil du loup en le reconnaissant comme un réel allié pour la gestion de nos forêts”.