Gazette de Liége L’ULiège veut rénover son parc actuel et construire un nouveau complexe

Chaque année, les kots universitaires appartenant à l’ULiège et situés au Sart-Tilman sont pris d’assaut. L’Université a une capacité d’accueil actuelle de 360 étudiants dans le home B13. Elle disposera dans deux ans de 48 places supplémentaires dans le home qui est, pour l’instant, loué par l’Adeps et occupé par des sportifs de haut niveau.

Or, chaque année, 250 à 300 étudiants se voient refuser un kot par manque de disponibilité. Dans sa volonté de grandir et d’augmenter son attractivité, l’ULiège a été confrontée à un dilemme d’ordre financier et administratif.

Pour bien comprendre, un voyage dans le monde des normes européennes s’impose. En fait, celles-ci (les normes SEC) limitent les universités dans leurs dépenses en matière de logistique. Autrement dit, toute "Alma Mater" européenne a un maximum d’investissement toléré, que ce soit pour des logements ou pour des infrastructures en matière de recherche et développement ou encore d’auditoires…

40 millions

C’est là que, selon nos informations, l’idée de confier au privé la construction d’un nouveau complexe et la rénovation des homes existants est née. Une information confirmée par les autorités de l’université.

"L’idée est de permettre à un privé de construire un home d’une capacité d’accueil de 350 étudiants sur un terrain appartenant à l’ULiège. Ce terrain serait mis en location sous forme d’un bail emphytéotique. Nous mettrions en place un cahier des charges extrêmement précis, qui obligerait également le privé à remettre à neuf les logements existants."

En clair, il est question d’un marché d’environ 40 millions répartis entre la remise à neuf du premier home (16,6 millions) et la construction du deuxième, qui aura donc une capacité de 350 étudiants (22,5 millions).

Selon les projections de l’université, la construction de la nouvelle infrastructure pourrait débuter en 2023. Une échéance sans doute un peu optimiste, puisqu’il faudrait que le cahier des charges soit établi, que l’appel d’offres soit lancé au niveau européen, que les candidats se manifestent, que le choix soit opéré, que le permis d’urbanisme soit demandé, puis accordé…

Puis, une fois les nouveaux lieux construits, il sera question de la rénovation des anciens. Cette rénovation se ferait alors en trois tranches de 120 logements, les étudiants koteurs des anciens homes étant, tour à tour, transférés dans le nouveau, le temps des travaux. Là encore, cela prendra plusieurs mois, voire plusieurs années. Au final, la capacité de logements au Sart-Tilman serait alors d’environ 750 kots.Jean-Michel Crespin