Gazette de Liége C’est l’un des dossiers qui sera mis sur la table du collège assure le bourgmestre Willy Demeyer.

Alors que le projet d’Eros Center est en passe de se concrétiser, à Seraing, la gestion de la problématique de la prostitution semblait, à Liège, reportée aux calendes grecques.

Ce mardi toutefois, le bourgmestre Willy Demeyer a clairement dévoilé son intention d’apporter une réponse adaptée au phénomène, et ce, très rapidement. Évoquant en effet les grands dossiers de cette législature, il a affirmé que cette problématique n’était pas oubliée par Liège, bien au contraire. À défaut d’Eros Center, Liège pourrait se doter d’une zone "P", soit une zone où la prostitution serait tolérée et, dans une certaine mesure, encadrée.

On le sait en effet, le dossier de l’Eros Center - infrastructure physique où la prostitution serait encadrée - avait capoté à Liège. Suite à la fermeture des "vitrines" du quartier Cathédrale en 2009, la création de ladite structure avait pourtant été envisagée, rue Varin, mais faute de consensus au sein de la majorité PS-CDH à l’époque, le projet avait été abandonné.

Il n’en reste pas moins que la prostitution de rue - plus vieux métier du monde -, n’a jamais cessé à Liège, dans le quartier Cathédrale notamment. Pas question de se voiler la face.

"Oui, cette prostitution est toujours présente et il ne faut pas oublier que c’est un quotidien violent, pour ces personnes qui s’exposent à des dangers, de manière consentante ou pas", commentait le bourgmestre ce mardi.

L’idée évoquée serait donc la création, au centre-ville, d’une zone où la prostitution serait autorisée ou tolérée pour être exact. Une zone P qui nécessiterait dès lors un encadrement spécifique, en matière de sécurité et de salubrité, un peu comme pour la salle de consommation à moindre risque.

La question est bien sûr : où créer cette zone ? Pas forcément dans le quartier Cathédrale Nord selon le bourgmestre. Aucune zone ne serait identifiée pour l’instant mais il semble évident qu’une proximité avec l’hypercentre semble plus adéquate qu’un quartier résidentiel.

Selon Willy Demeyer toujours, "le consensus politique est total". Il suffirait de transformer l’essai, en concertation avec la police et le secteur associatif.