Comme ailleurs, fin d’année oblige, le budget 2021 de la Ville de Huy a été présenté ce vendredi par le collège PS-MR-CDH, dirigé par le bourgmestre f.f. Eric Dosogne. Mais c’est par de mauvaises nouvelles, préalables à sa confection, que l’échevin des Finances Jacques Mouton (MR) a débuté la présentation. À savoir deux dégrèvements fiscaux octroyés par le niveau fédéral à Engie.

"Le premier montant, de près de 2 millions d’euros, a déjà été intégré dans le budget 2020 et le second, de près de 4 millions d’euros, est repris dans ce budget", a expliqué ce dernier. Un autre élément externe à la Ville et jugé défavorable ayant trait à la cotisation de responsabilisation en matière de pensions, laquelle a un impact de 822 688 euros.

Pourtant anticipés par la majorité en place, ces éléments relatifs aux exercices antérieurs influencent à concurrence de près de 4 millions d’euros le budget 2021. Voulu "rigoureux, optimiste et ambitieux", il s’inscrit selon le bourgmestre dans la continuité des précédents et dans la lignée du programme stratégique transversal. Pouvant compter sur un boni de 2,5 millions d’euros à l’exercice propre, il doit toutefois puiser dans les provisions constituées pour faire face à la situation décrite et à la volonté de poursuivre les investissements. Au rayon des recettes qui se chiffrent à près de 50 millions d’euros, celles de transfert tiennent le haut du pavé. La fiscalité classique, qu’il s’agisse du PRI (3100 centimes additionnels) ou de l’IPP (8 %), restant inchangée.

En matière de dépenses, le personnel et les transferts se taillent la part du lion. La volonté dans le premier cas étant de diminuer la voilure et dans le second de soutenir davantage le CPAS dont la dotation est augmentée ainsi que la police et les pompiers.

À l’extraordinaire et alors que la charge de la dette augmente, les investissements sont de l’ordre de 15 millions. La Ville entendant notamment miser sur le tourisme afin de prendre le tournant du post-nucléaire. Le projet de l’esplanade Batta fait figure de priorité aux côtés des voiries et du patrimoine communal. Le dossier Feder relatif à la gare s’y retrouve tout comme la rénovation de la piscine.

Bruno Boutsen