La députée régionale a fait le point ce jeudi sur plusieurs dossiers importants qui concernent l’arrondissement.

La députée régionale Caroline Cassart (MR), par ailleurs bourgmestre d’Ouffet, est très active au niveau parlementaire, elle qui est membre effective des commissions Agriculture et Économie ainsi que Mobilité et Énergie.

En témoignent selon la principale intéressée, laquelle recevait la presse à son domicile ce jeudi, les 46 questions qu’elle a adressées au ministre en charge, et ce, depuis le début de la législature. Comme elle le reconnaît elle-même, "plusieurs sujets abordés sont récurrents". De quoi lui permettre de faire le point sur plusieurs d’entre eux.

"Il me tient à cœur de mettre le paquet sur la thématique de la mobilité à Huy-Waremme", souligne Caroline Cassart. Cette dernière la juge très importante pour l’arrondissement, lequel a pu être oublié en la matière.

Premier dossier à être évoqué par l’élue libérale, qui plus est en cette rentrée des classes : les lignes de bus Wallonia Easy Line (WEL). Comme cette dernière l’a rappelé, il s’agit en l’espèce d’un nouveau dispositif, existant depuis avril 2019, le but du gouvernement wallon étant d’augmenter significativement la part modale des transports en commun à l’horizon 2030.

Depuis 2006

Si le succès n’était pas forcément au rendez-vous immédiatement, ce qui a été mis en évidence par une première évaluation, elle insiste sur la nécessité de maintenir la ligne reliant Marche à Liège. En outre, le ministre Henry avait annoncé la création de trois nouvelles lignes dont une reliant Hannut à Namur. La députée compte le réinterroger à cet égard ainsi que concernant la tarification voulue davantage adaptée.

Dans un autre registre, le dossier relatif à la liaison routière Tihange-Strée-Tinlot attend encore d’être concrétisé depuis de longues années. Et ce, alors même, pour rappel, que la première phase entre Tihange et les Neuf Bonniers est réalisée depuis 2006 et que les travaux de la deuxième phase entre les Neuf Bonniers et les Gottes sont terminés depuis l’an dernier.

Alors que des permis ont été déposés pour des travaux complémentaires dont la sécurisation de l’échangeur de Tinlot chère à Caroline Cassart, cette dernière espère que les choses vont enfin se décanter. "Il est indispensable de boucler le dossier avant la fin de la législature." Lequel dépend toutefois de l’avancement des expropriations liées à la phase 3, son permis étant périmé depuis peu et un autre devant être déposé, et de celui de la phase 4.