Huy L’emploi sur le site sera maintenu jusqu’en 2025 selon la ministre Christie Morreale.

La ministre de l’Emploi était interrogée ce mardi au Parlement sur la reconversion des travailleurs de la centrale nucléaire de Tihange dans le cadre de son démantèlement.

Et Christie Morraele (PS) a annoncé que les partenaires sociaux ont conclu un accord de stabilité de l’emploi suite à la fermeture de la centrale prévue entre 2023 et 2025. Pour le député Écolo à l’origine de cette interpellation, Rodrigue Demeuse, c’est une nouvelle encourageante.

"En tant qu’écologistes, c’est un combat que nous menons depuis longtemps. Nous sommes du côté des travailleurs qui ne doivent pas être pris en otage par les atermoiements du monde politique. Le fait qu’ils puissent conserver un emploi est une préoccupation centrale."

"Un signal très important !"

Concrètement, cela signifie qu’en plus d’être associés aux activités de démantèlement, les travailleurs de la centrale seront mobilisés sur d’autres sites d’Engie. Le député hutois insiste : "C’est la première fois que c’est affirmé de la sorte et c’est un signal très important ! À Huy, nous connaissons tous quelqu’un qui travaille à la centrale. Ces personnes ont besoin d’un avenir clair. En Allemagne, les activités de démantèlement ont créé de l’emploi et il n’y a eu aucun licenciement."

Ceci étant dit, Engie-Electrabel ne donne encore aucune garantie concernant l’après 2025. C’est pourquoi Rodrigue Demeuse interrogera à nouveau la ministre régionale de l’Emploi sur la durée de l’accord entre les partenaires sociaux. "Nous devons bien entendu obtenir une garantie au-delà de 2025", estime-t-il. D’ici là, Écolo voit dans cet accord une opportunité de redéployer la région hutoise. Cela suppose toutefois une responsabilité non seulement dans le chef de l’exploitant, mais aussi dans celui des autorités publiques. Il leur revient de baliser au mieux la transition et de créer des opportunités, comme ce fut par exemple le cas à Gosselies.

Cette réflexion devra être menée en concertation avec le ministre wallon de l’Économie Willy Borsus (MR). Rodrigue Demeuse l’interrogera d’ailleurs bientôt tant sur l’aspect économique que sur le processus de démantèlement du site de Tihange. "Je veux savoir quelle est la stratégie wallonne en vue du démantèlement : le rythme auquel ce dernier sera mené, les réutilisations possibles du terrain mais aussi le redéploiement économique de la région hutoise."

Bruno Boutsen