Patrimoine La Commission royale des monuments publie un ouvrage en hommage à l’architecte liégeois.

C’est dès 1835 que fut créée par le roi Léopold 1er la Commission royale des monuments. En 1912, une section des Sites voit le jour et en 1989, une section des Fouilles est constituée. Celle qui se définit comme "une assemblée de spécialistes au service du patrimoine", laquelle a son siège au Vertbois à Liège, est un organe d’avis en la matière. Sa mission principale étant de conseiller le gouvernement wallon en ce qui concerne la protection du patrimoine.

En outre, dès 1862, la CRMSF a développé une politique éditoriale, laquelle fut interrompue un temps et a repris après la Seconde Guerre mondiale. Et ce, tant au travers de la publication des différents tomes de son Bulletin que de celle d’ouvrages thématiques répondant au nom de Dossiers, sans compter également plusieurs hors-séries. C’est d’ailleurs dans ce cadre éditorial que le 32e tome du Bulletin de la CRMSF est cette fois consacré, de manière exceptionnelle, à un seul sujet. À savoir en l’espèce l’architecte liégeois Charles Vandenhove, décédé au début de cette année à l’âge de 91 ans.

Né en 1927 dans les Fourons mais ayant vécu à Liège, Charles Vandenhove est considéré comme une figure majeure de l’architecture belge et internationale. Et même si les publications sont nombreuses, celle qui vient de sortir de presse à l’occasion des 31e Journées du patrimoine revêt un caractère particulier. En effet, comme expliqué par le secrétaire permanent de la CRMSF Pierre Gilissen, "la volonté de rendre hommage à Charles Vandenhove datait de son vivant". L’originalité de ses diverses contributions réside aussi dans le fait qu’un regard historique est cette fois porté tant sur sa personnalité que sur son œuvre.

"Un architecte reconnu internationalement"

La première est due à Bart Verschaffel, professeur à l’Université de Gand, et a trait à l’approche architecturale de Charles Vandenhove. Lequel revient sur l’importance de sa production, tant en Belgique qu’en France ou aux Pays-Bas. Jacques Barlet, président honoraire de la CRMSF, et Alain Dirix, un de ses membres, opèrent quant à eux une sélection de biens privés ou publics susceptibles de faire l’objet d’une protection patrimoniale. Et ce au même titre par exemple que le Théâtre de la Monnaie à Bruxelles ou encore la grande verrière du CHU de Liège.

Un regret est toutefois exprimé concernant la relation entretenue par la Ville de Liège avec "un architecte pourtant reconnu internationalement". L’importance internationale de son œuvre est d’ailleurs mise en avant par Pierre Chabard, maître de conférences à l’ENSA de Paris, ainsi que la relation particulière entretenue durant 60 ans d’activité avec des artistes plasticiens. De son côté, l’architecte Maxime Coq fait la synthèse de son mémoire de fin d’études consacré à l’analyse de la colonne, un élément omniprésent.

Bruno Boutsen