L’échevine de l’Urbanisme veut que Liège existe dans le Schéma du territoire wallon.

C’est un programme chargé qui attend les élus liégeois, début février. Durant deux soirées en effet, ils seront amenés à débattre de documents majeurs pour l’avenir de la métropole… Et si l’on parle beaucoup du plan urbain de mobilité ou de la déclaration de politique communale, un autre "dossier" devrait retenir l’attention du conseil : le Schéma de développement du territoire (SDT) pour la Wallonie. "Un document dont on parle peu mais qui est pourtant crucial. Il définit la stratégie territoriale pour la Wallonie", explique Christine Defraigne (MR), échevine de l’Urbanisme à Liège qui s’est pleinement plongée dans la matière. "En effet, l’ancien document référence en la matière date de 1999 et ne répond clairement plus à de nombreux enjeux, numériques, climatiques ou énergétiques."

Face au nouveau schéma, l’échevine précise que, si la Ville adhère pleinement au cadre et à la vision donnée pour le territoire à l’horizon 2050 (ci-contre), dont le fait de lutter contre l’étalement urbain ou de développer des pôles urbains, le document serait encore perfectible. "Nous estimons qu’il doit plus prendre en compte la réalité d’une métropole comme Liège. Ce que nous souhaitons en effet, c’est attirer l’attention du gouvernement sur une adaptation au point de vue territorial", poursuit l’échevine.

Pour cette dernière comme pour le collège liégeois, "dans le SDT, Liège n’est pas considérée comme une réelle métropole". La réalité métropolitaine est pourtant déjà démontrée et concrétisée dans le travail mené dans le schéma territorial au niveau liégeois notamment. Un schéma plus "local" mais "positif au niveau des ambitions", qui démontre toute l’ardeur de la métropole, doit-on encore comprendre.

Par ailleurs, l’échevine insiste sur "la prise en compte de la réalité des villes". Actuellement, la ville de Liège ne s’y retrouve pas tout à fait… "Or la prise en compte de la réalité des villes et des grands noyaux urbains, qui concentrent une majorité des besoins, et des difficultés aussi, semble simplement nécessaire pour mener une politique territoriale ambitieuse et durable. Il paraît ainsi requis de définir une véritable stratégie différenciée pour les villes."

20 objectifs pour le territoire !

Le schéma de développement du territoire wallon se définit comme "un outil stratégique de niveau régional". Objectif : inspirer l’action du gouvernement wallon et l’élaboration d’outils d’aménagement du territoire et d’urbanisme au niveau local. Au total, le document s’est fixé 20 objectifs, dont répondre aux besoins actuels et futurs en matière de logement, soutenir les modes de transport durables, assurer l’accès à l’énergie à tous en s’inscrivant dans la transition énergétique ou encore valoriser des patrimoines naturels, culturels et paysagers. À l’horizon 2050, on évoque la création de 350 000 nouveaux logements et, en parallèle, les passages de 13 % à 50 % de part modale pour les transports en commun, de 1 % à 10 % de part modale pour le vélo et de 83 % à 40 % pour la voiture.