Gazette de Liége

Il s’agit d’un des grands projets dits métropolitains de la Ville de Liège mais ce n’est pas, loin s’en faut, le plus avancé de tous. Pourtant, comme d’autres projets d’ampleur, celui consistant en la transformation de l’actuel Musée d’art moderne et d’art contemporain (Mamac), sis dans le parc de la Boverie, en un Centre international d’art et de culture (Ciac) bénéficie de fonds européens Feder, impliquant donc des délais à respecter.

Pour rappel, ce sont au total quelque 23 millions d’euros qui doivent y être investis d’ici 2015 tant par l’Union européenne que par la Fédération Wallonie-Bruxelles ou la Ville. L’idée est d’y créer, dans un site vert cher aux Liégeois et témoin de l’Exposition universelle de 1905, un lieu d’expositions de prestige, et ce sur une surface totale estimée à plus de 4500 m². En outre, le futur complexe muséal doit s’inscrire dans le nouvel axe urbain Guillemins-Médiacité que la Ville entend créer.

Si le projet préexistait, c’est véritablement il y a deux ans, avec la désignation par le collège communal d’un auteur de projet, à savoir en l’espèce l’association momentanée formée des bureaux p. HD et Ricciotti, qu’il a pris son envol. Dans la foulée, en 2010 puis en 2011, ces derniers, lesquels plaidaient pour un projet "respectueux" du site existant et pour "une intervention architecturale mesurée", ont présenté une esquisse et un avant-projet. Une étude d’incidences a également été lancée par la Ville dont le but avoué est, ainsi que nous l’a rappelé l’échevin Roland Léonard (PS), en charge des Travaux, d’assurer "une intégration harmonieuse du Ciac dans le parc".

Reste que, n’ayant plus trop de nouvelles du projet, l’opposition MR s’impatientait récemment dans nos colonnes ("Libre Belgique/Gazette de Liége" du 17 mars dernier). Dans le même temps, on apprenait toutefois que la demande de permis d’urbanisme venait - enfin - d’être déposée auprès du fonctionnaire délégué de la Région wallonne. "Le projet va désormais se transformer dans les mois qui viennent en cahier des charges qui sera présenté au Conseil d’ici peu", précise Roland Léonard. Et d’assurer un engagement financier de la Ville dès cette année et un début du chantier prévu dans le courant du premier semestre 2013.

Ce n’est pas tout, comme le claironne la Ville, de vouloir intégrer de manière raisonnable le futur musée dans le parc classé existant, encore faut-il s’en donner les moyens. C’est ainsi que suite à une observation émise par le fonctionnaire délégué, la Ville a élaboré un schéma directeur du parc de la Boverie. "On avait saisi l’enjeu paysager depuis le début mais la fiche Feder ne porte que sur le bâtiment", affirme l’échevin Léonard, pour qui le schéma directeur est bel et bien lié au projet du futur Ciac.

Ainsi que le précise l’échevin Michel Firket (CDH), en charge de l’Urbanisme, "l’ensemble du site concerné est pris en compte par la Ville". Et de faire référence notamment au palais des Congrès (et à l’hôtel adjacent) dont le devenir se joue actuellement (quid du projet de Maison du jazz ?) ainsi qu’au projet de passerelle devant lier la gare à la Boverie. "L’esquisse définitive a été présentée récemment et les auteurs de projet le peaufinent", assure Michel Firket.

Pour rappel, il est prévu que cette passerelle surplombe tant la Meuse que le parc, avec deux "arrivées" prévues, l’une au niveau du bâtiment de l’union nautique et l’autre du pont des Vennes. Lequel devra encore être adapté aux modes doux, de même que les flux de circulation devront être modifiés autour du parc.