Liège Aucune réclamation n’a été introduite lors de l’enquête publique.

Le collège communal de Liège vient de valider un dossier pour le moins important pour la Ville de Liège… celui de la rénovation en profondeur de "sa" Cité administrative. Soit une Cité qui se veut "zéro carbone" et qui doit se muer en un nouveau "phare" (public) pour Liège.

Il y a quelques jours en effet, le collège a rendu un avis favorable après la clôture de l’enquête publique lors de laquelle "aucune réclamation n’a été introduite" ; le dossier poursuit donc sa route administrative et devra encore faire l’objet de l’octroi d’un permis unique par le SPW.

Pour rappel, c’est grâce à une subsidiation Feder (européenne) et une intervention wallonne que la Ville de Liège a pu obtenir un subside de quelque 21,6 millions d’euros. "La Cité administrative zéro carbone sera le témoin d’une rénovation moderne comprenant un nouveau module et permettra un accueil au public de qualité", souligne-t-on à la Ville.

Inauguration en 2022

Un total de 27 mois de travaux… c’est ce que nous annoncions en septembre dernier lors du dépôt de permis. Patience donc pour les milliers d’agents communaux et du CPAS qui doivent rejoindre cette tour… Il faut dire que les travaux annoncés sont titanesques. L’échevin Roland Léonard aura la charge de suivre le chantier de près…

C’est en 2016 que les derniers agents de la Ville de Liège quittaient la Cité… Le bâtiment, nullement "ancien" au sens patrimonial du terme - il fut inauguré en 1967 dans un style international et moderniste, à l’instar du bâtiment des Nations unies à New-York -, commençait toutefois à accuser le poids des années.

Pourquoi ne pas tout raser et reconstruire dès lors ? Car la volonté de la Ville est bien de garder une trace de ce bâtiment moderne mais d’exploiter de façon plus contemporaine son aspect longiligne… "cet esprit de beffroi", précisait Joëlle Servais, directrice des bâtiments communaux.

Mais l’objectif est donc aussi d’en faire une référence "durable", au sens énergétique du terme. Dans le cas présent, il s’agira de pomper l’eau de la Meuse (pour la production de chaleur et de froid), d’isoler de façon exemplaire mais aussi de recouvrir la peinture représentant la grotte de la Nativité (peinte sur le mur de la Cité), par un film reluisant contenant des cellules photovoltaïques… ce qui lui donnera en outre un nouvel aspect, reluisant et brillant. Et de rejoindre dès lors cette norme européenne à laquelle sont soumis depuis 2018 les bâtiments publics, "nearly zero energy".

D’un point de vue architectural enfin, pour donner de la fluidité au bâtiment, le socle actuel sera supprimé et laissera la place à un nouveau volume associé de 4 niveaux. Plus ouvert et offrant un accueil plus confortable, il permettra aussi de gagner de l’espace autour de la Cité administrative, pour le flux des piétons.

Marc Bechet