Les chauffeurs du dépôt de Jemeppe ont rejoint leur base mercredi en début d'après-midi afin de protester contre les incidents qui se multiplient sur les différentes lignes liégeoises depuis le début du déconfinement, a-t-on appris de sources syndicales. 

Les chauffeurs des dépôts de Rocourt mais également d'Oreye et Bassenge ont suivi le mouvement qui pourrait s'amplifier voire se durcir, ajoutent les syndicats. Ce mouvement spontané fait suite à un incident survenu mardi soir sur la ligne 2. Un usager a brisé avec son pied une des portes d'un bus qui circulait à Liège. L'incident de trop pour les chauffeurs qui doivent faire face au courroux d'utilisateurs qui ne respectent pas les règles élémentaires, à savoir le port du masque. On se souviendra que le 4 mai, jour de déconfinement des transports publics, un passager avait envoyé un pavé dans le pare-brise d'un bus car il avait été interdit de voyage faute de masque.

"Les chauffeurs ne sont nullement responsables des décisions prises par le Conseil National de Sécurité. Cela ne sert donc à rien de s'en prendre à eux alors qu'ils tentent juste de faire respecter les règles", assurent les syndicats qui pointent aussi du doigt la surcharge des bus sur les lignes qui desservent zonings et centres commerciaux.

Les représentants du personnel craignent un durcissement du mouvement si la sécurité des chauffeurs n'est pas assurée. Des discussions sont actuellement en cours entre la direction et les syndicats.