La bière liégeoise a rempli son objectif et voit son avenir au-delà des frontières belges.

Lancée en 2016 par Simon Charlier, la bière La Bestiale connaît une ascension fulgurante. En avril, elle lançait un crowdfunding qui allait rapidement connaître un franc succès. "Pour moi, c’était une première expérience. J’ai été très bien guidé par le site Crowd’In qui m’a conseillé de fixer un premier objectif peu élevé pour être sûr de le remplir", nous dit Simon Charlier, gérant de la microbrasserie.

Un but rapidement atteint

"En l’espace de cinq jours, l’objectif initial de 7 000 euros avait été atteint. Et à la fin de l’échéance (NDLR : le 1er juin 2016) , nous avions réussi à récolter pas moins de 21 390 euros pour un total de 199 contributeurs. Soit plus de trois fois ce que nous espérions", raconte le brasseur.

Une somme d’argent importante que Simon Charlier a souhaité investir dans trois cuves où l’on brasse la bière, "la production de ces trois brassins, ajoute-t-il , m’a permis de me rendre compte que le produit plaisait et qu’il y avait une demande de la part des consommateurs d’avoir une bière avec un caractère fort." L’argent des contributeurs a également servi à développer le merchandising. "Nous avons désormais un verre et des T-shirts à l’effigie de La Bestiale. Nous avons pu mieux commercialiser et mieux communiquer le projet. Dans le monde de la bière, il y a un adage qui dit : pas vu, pas bu", explique le gérant.

La bière liégeoise, qui est actuellement servie dans une dizaine d’établissements, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin: "Un jour, j’aimerais bien être exporté vers les autres pays. Malheureusement, pour l’instant, ce n’est pas possible. Les établissements que je fournis me prennent tout mon stock. Si je souhaite m’internationaliser, je dois commencer par augmenter ma production. J’ai déjà reçu des demandes venant de la France, de l’Italie, mais je suis obligé de les refuser", confie Simon Charlier.

Un bar et une nouvelle bière

Celui-ci n’a jamais caché son amour inconditionnel de la bière. Son objectif à long terme serait l’ouverture d’un brewpub 100 % liégeois, un bar dans lequel la bière est brassée sur place devant les clients. "Je souhaite donner la possibilité aux crowdfundeurs de participer à l’élaboration de la prochaine bière, qui sera brune, au travers de dégustations à la suite desquelles ils donnent leur avis. C’est le processus que j’ai déjà utilisé lors de la conception de la première bière. J’aimerais également proposer des brassins exclusifs et temporaires qui ne seront disponibles qu’à la brasserie", explique le gérant de La Bestiale.

Les ateliers de la microbrasserie ont également été le sujet d’un reportage sur les start-ups par la chaîne de télé nationale japonaise NHK.

Le gérant de la microbrasserie n’a pas exclu pas la possibilité d’avoir recours à un second crowdfunding afin d’étendre sa production au-delà des frontières liégeoises.