Il s’agit d’un dossier vieux déjà de près de deux ans, époque à laquelle la désormais ex-Soundstation, salle de spectacles et de concerts bien connue à Liège, a dû stopper ses activités. Depuis lors, une partie de ces dernières ont dû être délocalisées temporairement dans divers endroits de la Cité ardente, tels la salle des fêtes de Droixhe ou le manège de la caserne Fonck.

Entre-temps, alors qu’un dossier visant le rachat par les pouvoirs publics de l’ex-Soundstation avait été rentré au niveau de la Communauté française, le comité d’acquisition mandaté pour ce faire rendait une estimation de moitié inférieure au prix souhaité par les propriétaires. Au premier rang de ces derniers, Fabrice Lamproye, par ailleurs cofondateur de l’ASBL Festiv@Liège qui organise le festival "Les Ardentes", a dû se résoudre, après cette estimation qui a selon lui "plombé le dossier", à mettre en vente un bâtiment, celui de l’ancienne gare de Jonfosse, auquel il avait contribué à donner une véritable âme culturelle. Un bâtiment qui est toujours en vente à l’heure actuelle, ce dont Fabrice Lamproye ne se dit pas étonné étant donné que la mise en vente a eu lieu en pleine crise économique.

Toujours est-il que ni ce dernier ni la Ville de Liège, bien consciente du manque de structures dédiées aux "musiques actuelles" sur son territoire, se sont donc mis en recherche d’une solution définitive à ce dossier. Et fin 2008, le collège communal liégeois sortait de son chapeau l’idée d’intégrer une implantation de type Soundstation au sein du futur complexe "Mnema, Cité Miroir", projet multiple derrière lequel on retrouve l’ASBL Les Territoires de la Mémoire et qui a pour but de donner une seconde vie aux anciens Bains de la Sauvenière. L’idée allait faire son chemin puisqu’en avril dernier, un accord était trouvé entre l’ASBL Festiv@Liège et l’ASBL Mnema, porteuse du projet éponyme et dont la Ville est membre, en vue de l’aménagement d’une salle de 500 à 600 places dans l’ancienne gare des bus de la place Xavier Neujean, au rez-de-chaussée de Mnema.

Un an plus tard, ce dossier est en passe de prendre une tournure décisive puisque ce jeudi, un accord de principe doit intervenir au niveau du gouvernement de la Communauté française quant au financement. Une information confirmée tant du côté de la Ville que de celui du cabinet de la ministre de la Culture, Fadila Laanan, où son porte-parole Pascal Sac affirme qu’un point est bel et bien à l’ordre du jour de ce prochain gouvernement. Il s’agit sans nul doute pour l’ASBL porteuse du projet culturel envisagé d’une bonne nouvelle même si, nous précise-t-on à de multiples sources, "le chemin est encore long". Au sujet du financement, il nous revient que le montant global alloué à ce projet d’aménagement serait de l’ordre de près de deux millions d’euros, dont 70 % à charge de la Communauté et 30 % à charge de la Ville de Liège.

L’étape suivante de la procédure devrait quant à elle consister en une discussion entre les différents acteurs de ce dossier concernant les modalités financières et juridiques et en l’introduction par la Ville, propriétaire du lieu, d’un projet en bonne et due forme auprès de la Communauté. Une discussion qui s’annonce ardue et au sujet de laquelle certains conseillers ont déjà émis quelques réserves mais qui n’inquiète pas outre mesure Fabrice Lamproye, lequel se réjouit que "tout le monde a l’air d’accord avec cette idée". Enfin, concernant l’implantation en elle-même, ce dernier la qualifie d’"idéale" au vu notamment de sa localisation et de sa fonctionnalité et ne voit aucune incompatibilité avec les futures activités déployées au sein du complexe Mnema. À suivre