Site symbolique du quartier d'Amercoeur, l'ancien hôpital du Valdor, désaffecté depuis les années 90, va connaître un relifting complet.

Dans les jours à venir, «le 15 novembre au plus tard», annonce Pierre Rondal, directeur général de l'intercommunale des personnes âgées de Liège et environs (Ipal), va en effet débuter la démolition des bâtiments, libérant les terrains nécessaires à la construction du nouvel hôpital.

Si le site désaffecté va être supprimé -en six mois maximum «afin de réduire au mieux les troubles du voisinage et de permettre le maximum de récupération des sept millions de briques», annonce l'Ipal qui a acquis le Valdor en 2003 et 2004-, la façade bien connue de la rue Basse-Wez sera restaurée et conservée. Elle fera office d'entrée principale, donnant sur le reste du Valdor. La partie historique sera donc plus visible que les bâtiments modernes.

Dans les futures infrastructures, dont la construction est prévue pour octobre 2006, prendront place 221 lits. «Il s'agit du transfert des 159 lits gériatriques, 31 lits de revalidation locomotrice et 31 lits de revalidation neurologiques actuellement installés dans un bâtiment voisin d'une quarantaine d'années», explique Pierre Rondal. Cette «partie-là» deviendra, après déménagement des unités dans les nouvelles constructions, une maison de repos et de soins de 97 lits, conservant juste ses 8 lits de soins palliatifs. Les services policliniques déménageront aussi vers l'hôpital «qui devrait voir le jour d'ici cinq ans», table le directeur.

Outre les sept unités de soins, le nouveau Valdor comprendra les services médico-techniques, les cuisines, cafétéria et d'autres locaux. Les architectes ont voulu y rendre aisés les déplacements pour les personnes à mobilité réduite et pour le personnel. Ils se sont penchés sur les économies d'énergie de ce futur hôpital de 32000 m2 répartis sur quatre étages et bordés d'espaces verts.

Côté budgets, la démolition et la restauration se chiffrent à 2,4 millions, assurés à 95 pc par la Région wallonne qui va elle-même chercher la moitié de la somme dans les subsides du Feder-Objectif II. La construction coûtera 45 millions, subsidiés à 60 pc par la Région.

Situé à la rencontre des rues Basse-Wez et des Prébendiers, l'hôpital construit en 1889 a abrité pendant un siècle un hôpital pour vieillards et des bâtiments du CPAS. Ce coup de fraîcheur constituera un signe fort pour le quartier.

© La Libre Belgique 2005