Gazette de Liége

Le terril du Piron se situe entre Liège et Saint-Nicolas. À l’initiative des autorités communales, il a fait l’objet d’un rapport urbanistique et environnemental (RUE) afin de mettre en œuvre la zone d’aménagement communal concerté (ZACC) qui l’englobe.

Cette ZACC est délimitée, au Nord, par les rues Piron et des Grands champs, à l’Ouest, par la rue Bordelais et l’avenue des Marronniers, au Sud, par les rues Chiff d’or et Sous-les-Vignes et, à l’Est, par la rue Bois Saint-Gilles. Toute remarque est à introduire pour le 5 février au plus tard.

Le RUE a pour objet de préciser la ou les affectations du sol. Il s’agit, pour la commune, de se donner la possibilité de voir s’ériger des constructions dans cette zone. Dans ce cas précis, il est question d’habitat mais aussi d’espaces verts qui seraient maintenus.

Sachant que le terril est un atout à valoriser au niveau de sa flore et sa faune, il n’est pas urbanisable. Pas plus que ses pentes d’ailleurs. Aussi, ledit rapport met en évidence deux zones susceptibles d’accueillir de l’habitat. L’une, au Nord, pourrait accueillir 130 logements. L’autre se situe au Sud et pourrait comporter 40 logements.

Des représentants de la commune ont assuré qu’il n’est pas question d’y implanter des logements sociaux. C’est plutôt de l’habitat de standing (maisons et appartements) qui est ici visé.

Selon des tests qui ont été réalisés, un phénomène de combustion se produit, en profondeur, en certains endroits du terril. Si les températures relevées grimpaient avant jusqu’à 135 degrés, elles se stabilisent à 20 degrés. Ce qui pourrait permettre au propriétaire, la société des charbonnages de Gosson-Kessales, de valoriser cette chaleur afin qu’elle puisse chauffer une partie des futures habitations.