Ce samedi, pas moins de 5 500 personnes se sont rendues au magasin Ikea d’Hognoul. C’est certes trois fois moins qu’un samedi en situation normale, hors mesures sanitaires donc, mais cette réouverture ne s’est pas déroulée de manière optimale…

Ainsi, une fois le contrôle à l’extérieur franchi, bon nombre de personnes se rejoignaient dans le magasin. Selon le bourgm estre de la localité, des employés ont fait part d’attitudes virulentes de clients lorsqu’il leur était demandé de respecter les mesures de sécurité. De plus, la police a été appelée à intervenir pour deux bagarres survenues entre des clients dans la file d’attente, à l’extérieur du magasin.

Ce lundi, le bourgmestre a rencontré la direction afin de dégager des solutions qui puissent permettre au magasin d’accueillir les clients dans des conditions de sécurité pour tous. Sans amélioration, le bourgmestre avait d’emblée signalé qu’il pourrait prendre un arrêté de fermeture. Et d’évoquer un renforcement des contrôles policiers, la mise en place de contrôles des véhicules ou encore des sanctions à l’égard des clients qui, une fois à l’intérieur, ne respecteraient pas les mesures de sécurité, à commencer par le principe d’une personne par famille.

"Au niveau de la police locale, on va augmenter les contrôles sur toute la zone du Shopping Hognoul et une patrouille spéciale Covid supplémentaire sera mise en place. Il y aura un renfort de la police fédérale le week-end et la police montée circulera en semaine. Ici, c’est dans une optique non plus préventive mais répressive. Les gens doivent savoir que s’ils veulent vraiment faire leurs courses à deux, ou plus, ils doivent s’attendre à être verbalisés", prévient le bourgmestre, Thibaud Smolders, qui confirme que l’enseigne va organiser un barrage filtrant à l’entrée des parkings pour compter le nombre de personnes dans les véhicules.

À noter également que les clients récalcitrants, une fois à l’intérieur, s’exposent à une sanction… "Des policiers pourront entrer dans le magasin, vu qu’il s’agit d’un espace ouvert au public, et ils pourront verbaliser les personnes qui ne respecteraient pas les mesures", conclut le bourgmestre.