Ce jeudi 20 mai, la Province de Liège a voulu profiter de la Journée mondiale des abeilles afin de mettre en lumière le travail qu’elle réalise depuis plusieurs années en faveur de la biodiversité.

Comme rappelé par le député provincial en charge André Denis (MR), sa volonté est en effet d’être "actrice de la transition environnementale" en réduisant autant que possible l’empreinte écologique de son territoire.

Cette démarche, qu’elle dit mener sur tous les fronts, et ce, qu’il s’agisse d’immobilier, de mobilité, de déchets, de circuits courts… s’ajoute à celle tout aussi importante de la préservation de l’environnement. C’est ainsi qu’un Plan climat a été élaboré par la Province de Liège.

Et c’est donc dans ce cadre que cette dernière a décidé de franchir une étape supplémentaire. Il s’agit en l’espèce d’amplifier son travail en faveur des insectes butineurs, un domaine dans lequel elle n’est pas novice. En effet, depuis 2011, elle est engagée dans le Plan Maya.

Comme précisé par André Denis, "l’objectif est de faire du territoire provincial une terre d’accueil pour les insectes pollinisateurs". À cette fin, plusieurs initiatives ont déjà été menées telles que l’atelier itinérant de la Miellerie mobile permettant aux apiculteurs d’extraire leur miel.

Il en est ainsi également de l’installation de ruchers didactiques qui sont répartis sur les sites de l’insectarium Hexapoda à Waremme et du château de Jehay à Amay. À cela s’ajoutent encore d’autres projets réalisés au bénéfice de la pérennisation de la diversité de la faune butineuse.

La volonté de la Province a donc été d’aller plus loin en installant des ruches urbaines. Et ce car celles-ci ont le mérite d’être visibles et de jouer un rôle de sensibilisation. Il s’agit clairement de réancrer la nature en ville et c’est pourquoi trois sites tests ont été retenus. À savoir respectivement le toit du nouveau bâtiment du Val Benoît, celui du Campus 2000 à Jemeppe et le jardin de la rue Fond Saint-Servais à Liège.

Bruno Boutsen