DataQuest, le département études et recherches d’ImmoQuest, vient de publier une nouvelle étude sur le Port autonome de Liège (Pal) et les avantages du transport par la voie d’eau à un niveau européen Une certitude ressort des données récoltées: "Le Pal et la région liégeoise vont profiter de l’engorgement logistique des ports maritimes d’Anvers et de Rotterdam, grâce notamment au projet du Trilogiport". Certes, l’information apparaît "tardive" au regard de l’inauguration du Trilogiport d’il y a une semaine, mais l’étude arrive à point à un moment où, s’il ne faut plus se convaincre du bien-fondé économique de la démarche, les chiffres peuvent étayer les travaux colossaux qui débutent au nord d’Hermalle

Ainsi, l’étude publiée par DataQuest part du constat selon lequel l’engorgement des voies de transport est alarmant. Un contexte dans lequel la voie d’eau représente LA solution. Comparaison est par exemple établie entre un convoi fluvial et 250 camions équivalent en terme de tonnes transportées. Et d’évoquer ici les gains de temps, d’argent mais aussi écologiques de ce choix.

Par ailleurs, c’est le rayonnement européen qui peut être mis en avant par la création d’un tel outil logistique à Liège puisque, à l’échelle du vieux continent, DataQuest évoque les zones de transport les plus congestionnées, qui seraient les Alpes, les Pyrénées et les ports du Benelux. Pour les désengorger, les meilleurs axes fluviaux seraient Anvers-Liège (canal Albert), Rotterdam-Liège (Meuse), Marseille-Lyon (Rhône), LeHavre-Paris (Seine) et Rotterdam-Duisburg (Rhin). Deux de ces axes passent par Liège.

En comparaison avec d’autres ports fluviaux européens enfin, les prix pratiqués à Liège resteraient très attractifs selon le bureau d’étude, 120euros par m2 par an en moyenne pour la location de bureaux contre 254 à Duisbourg et 462 à Paris.