Lors du Conseil communal, on a une fois de plus évoqué le dossier footballistico-politique de l’implantation du futur stade du Standard de Liège. Depuis quelque temps et en vue d’un déménagement prévu à l’horizon 2012, le club de football est à la recherche d’un nouveau site susceptible d’accueillir ses infrastructures, soit un stade bien sûr mais aussi un terrain d’entraînement, un centre commercial et un parc de loisirs.

À la suite d’une première étude effectuée par l’intercommunale Spi +, différents sites potentiels ont été retenus par le club liégeois en titre, dont ceux de Glain (où le Centre hospitalier chrétien envisage de regrouper ses activités), du lieu-dit Bonne Fortune (situé sur le territoire de la commune d’Ans) et enfin celui de Coronmeuse et plus précisément du parc Astrid.

Et même si le directeur général du Standard de Liège, Pierre François, se plaît à répéter que "le choix n’est pas encore arrêté", ce serait bien cette dernière option qui tiendrait la corde. Une option à laquelle le collège communal, interpellé par l’opposition MR au dernier Conseil, a tenu à apporter son soutien, en confirmant au passage que "le site de Coronmeuse constitue une piste prioritaire pour le club".

La Ville et le Standard attendent maintenant que la Région wallonne, qui détient la majeure partie des 13 hectares du site de Coronmeuse, se prononce sur la question. Et aux dires du bourgmestre Willy Demeyer (PS), "la réponse serait plutôt positive". Il ne manque donc désormais plus grand-chose pour que le Standard se dirige vers le parc Astrid, ce qui soulève plusieurs questions, notamment en termes de mobilité. "Si cela se vérifie, on sera particulièrement attentif au stationnement et au parking dans cette zone", assure Willy Demeyer, qui met en avant le "rôle important à jouer par le tram" ainsi qu’une "accessibilité multimodale du futur stade".

Le bourgmestre le reconnaît : cette éventuelle implantation nécessitera un réaménagement complet du site actuel, fréquenté par de nombreux riverains et à proximité immédiate duquel se trouvent les halles des Foires, la patinoire communale tout cela sans oublier la tenue du festival annuel des Ardentes. Et Willy Demeyer d’évoquer, entre autres, de nouveaux locaux devenus nécessaires pour la Fil ainsi que l’instauration d’un parking relais à exploiter conjointement par cette dernière et le Standard. Quant à l’avenir du stade actuel et du quartier de Sclessin, par rapport auquel le MR a émis certaines inquiétudes, le bourgmestre promet qu’"il ne sera pas oublié" et qu’"il fera partie du dossier". Dont acte.