Le bourgmestre propose la mise à disposition de l’Ecole d’hôtellerie ce 31 décembre.

La polémique a déjà fait couler beaucoup d’encre ce jeudi… suite à une décision administrative prise par la Ville de Liège, les pompiers de Liège se sont en effet vus refuser leur requête… qui concernait une distribution de nourriture, soupe, pains saucisses et autres denrées non-périssables, sur la place Saint-Lambert ce 31 décembre 2019, pour les personnes les plus démunies.

Rapidement, ces pompiers ont fait connaître leur étonnement et, surtout, leur déception, eux qui disaient simplement vouloir partager autre chose que le malheur et la misère des personnes qu’ils côtoient.

La justification de la Ville ? Ce règlement communal qui interdit de distribuer de la nourriture sans autorisation sur la voie publique, afin de ne pas stigmatiser les plus démunis…

Pas sur l’espace public

Ce vendredi, la Ville et le bourgmestre ont toutefois communiqué. Rappelant en effet qu’il n’était pas question d’interdire une action de solidarité et que la raison du refus était le fait que cet événement se serait déroulé sur l’espace public, place Saint-Lambert, le bourgmestre propose désormais une alternative. En l’espèce : le Collège propose aux pompiers la mise à disposition de l’École d’hôtellerie ce 31 décembre pour leur action de solidarité..

Cela confirme la position des autorités liégeoises tout en respectant dès lors la dignité des bénéficiaires doit-on comprendre. On précise d’ailleurs à la Ville que "Liège n’interdit pas la distribution de nourriture aux plus démunis mais souhaite que cela se fasse dans de bonnes conditions pour les personnes fragilisées".

Conditions respectées

En outre, le collège salue "la générosité de l’initiative et précise que l’Ecole d’hôtellerie dispose de toutes les commodités sanitaires pour réaliser cette action dans des conditions respectueuses de la dignité des personnes".

Quant à la polémique, on précise toutefois encore que "la réponse a été communiquée aux organisateurs il y a près de 2 mois en leur proposant de les mettre en contact avec le tissu associatif. Offre restée sans réponse à ce jour".

Est-ce la fin d’un mauvais feuilleton ? Si la main tendue est acceptée du moins… du côté des autorités PS-MR, soutenues par l’opposition Vert Ardent dans sa démarche, on précisait déjà ce jeudi que la politique mis en place se concrétisait chaque année par 30 millions d’euros dépensés dans le développement de dispositifs d’aide aux personnes les plus démunies, via les actions du CPAS bien sûr mais également via le Plan de cohésion sociale (PCS) ainsi que par les actions du Relais social du pays de Liège.