La police fédérale a interpellé, jeudi, dix personnes dans le cadre d'une enquête visant à démanteler un trafic d'êtres humains à échelle internationale, à la suite de douze perquisitions en région liégoise.

L'enquête est menée en partenariat avec la Grande-Bretagne, pays vers lequel des migrants victimes du trafic étaient acheminés. Les dix personnes interpellées sont entendues en ce moment et seront présentées au juge d'instruction qui décidera de leur éventuel placement sous mandat d'arrêt. La police a précisé qu'un riot gun a été découvert lors des perquisitions. "Douze perquisitions se sont déroulées simultanément, principalement en région liégeoise, ce jeudi 25 juin 2020, dans le cadre d'un dossier du parquet fédéral de trafic d'êtres humains", a communiqué jeudi le parquet fédéral.

"Cette action a été menée par la police judiciaire fédérale de Liège et s'est déroulée sous la direction d'un juge d'instruction liégeois. L'opération visait à démanteler une filière de trafic d'êtres humains, active à partir du territoire belge et à destination de la Grande-Bretagne. En Belgique, les migrants étaient logés dans des hôtels de transit, puis conduits vers les Pays-Bas, où ils étaient embarqués sur des voiliers de location depuis le petit port de Breeskens", a détaillé la police.

"En décembre dernier, lors de l'un de ces transferts, la police britannique et l'Immigration Enforcement avaient intercepté 14 personnes, transportées par ce réseau, à leur arrivée sur les côtes britanniques", a-t-elle rappelé.

L'enquête est menée en partenariat avec la police d'outre-Manche qui a également procédé ce jeudi à quatre mandats de perquisition dans des résidences et dans un commerce. Elle a interpellé deux personnes.