Le point sur les dernières sorties littéraires qui concernent notre province.

Qui dit fêtes de fin d’année, dit théoriquement moments de retrouvailles familiales et autres mais également temps de repos voire de détente. Pour agrémenter au mieux ces derniers, la lecture peut sans doute être un bon vecteur. C’est ainsi que l’on vous propose une sélection non exhaustive des sorties littéraires, lesquelles sont liégeoises soit par leur sujet, soit par leur auteur, soit encore par la maison d’édition.

Il y a peu, deux ouvrages ont été publiés aux Éditions de la Province de Liège. Le premier, Liège Années 1950, est l’œuvre de Laurent Brück qui travaille depuis 2005 au service urbanisme de la Ville. Au travers de ce livre illustré de 300 photographies d’époque, il propose de suivre l’évolution du paysage urbain. Louis Poulet et le concours international de quatuor à cordes de la Ville de Liège, a quant à lui été écrit par Martine Koch. Laquelle, diplômée du Conservatoire, a été professeure d’histoire de la musique durant près de 40 ans. Elle revient sur les deux décennies durant lesquelles la Cité ardente a été "la capitale mondiale du quatuor à cordes". Et ce, par l’entremise de Louis Poulet, musicien liégeois, qui a créé avec succès ce concours international avec l’intention de remettre la musique de chambre à la portée de tous.

Au rayon culturel mais publié aux éditions Yellow Now, on peut épingler celui dû à La Châtaigneraie. Lequel centre wallon d’art contemporain sis à Flémalle fait un focus sur la création artistique contemporaine en région liégeoise. Et ce, à l’occasion de son 40e anniversaire, l’auteur Marc Renwart proposant Un panorama des arts plastiques en Pays de Liège de 1980 à 2000. Auteur namurois mais ayant été le porte-parole de la société liégeoise Mithra, Eric Poskin a sorti son premier roman. La Souciance est vu comme un récit entre réflexion profonde, poésie et introspection et il aborde aussi la communication.

Quant à Paul Vaute qui a été notre collègue, c’est une trilogie qu’il a débuté. Plaidoyer pour le vrai (avant le bon et le beau), la vérité étant conçue telle l’adéquation entre la réalité et l’intelligence, est un essai "indépendant et engagé". Y sont évoquées différentes tendances, l’auteur dénonçant tant l’individualisme que le grégarisme ou l’idéalisme ambiant et proposant "une solution réaliste" tout en défendant l’identité chrétienne et européenne.