Huy Une consultation publique est organisée jusqu’au 13 juin prochain.

À en croire les écologistes, beaucoup d’habitants de l’arrondissement de Huy-Waremme en sont conscients : au moment de la construction de la centrale nucléaire de Tihange, rien n’a été prévu pour les déchets radioactifs.

Et de rappeler que jusque dans les années 1980, la Belgique jetait ses fûts radioactifs en mer. Depuis les années 1990, tous les déchets nucléaires produits à Tihange y restent, et ce dans l’attente d’une solution à long terme.

Actuellement et jusqu’au 13 juin, l’Organisme national de gestion des déchets radioactifs organise une consultation publique de toute la population belge sur un projet d’enfouissement des déchets les plus hautement radioactifs.

Récemment, en réponse à une question de Samuel Cogolati, député fédéral Écolo, le ministre fédéral en charge Pieter De Crem a indiqué que les déchets radioactifs pourraient bien rester à Tihange au-delà de 2100 !

Pour les écologistes, il est hors de question que l’arrondissement de Huy-Waremme soit, selon leurs dires, "pris en otage par les déchets nucléaires durant encore des décennies".

"Tihange n'est pas une poubelle"

"Le site de Tihange n’a pas vocation à devenir la poubelle nucléaire du pays. L’entreposage était prévu pour une durée maximale de 80 ans qui semble déjà excessivement longue pour tous les riverains et plusieurs communes voisines ."

Écolo entend donc s’opposer à la possibilité de rallonger encore ce délai. "Plutôt que de s’engager dans un projet d’enfouissement irréversible aussi dangereux qu’incertain, nous demandons de mettre en sécurité les déchets radioactifs au plus vite dans des entreposages intermédiaires."

Ainsi, les élus verts de l’arrondissement de Huy-Waremme déposeront des motions dans les différents conseils communaux afin de marquer leur opposition au projet d’enfouissement de l’Ondraf et leur volonté de pousser une solution d’entreposage intermédiaire.

Écolo mettra également ce dossier brûlant des déchets radioactifs à l’agenda de la séance plénière de la Chambre des représentants, et ce via une résolution déjà cosignée par le PS et le PTB. Et d’appeler les autres élus de l’arrondissement à soutenir ce texte au Parlement fédéral.

Bruno Boutsen