Animaux L’ASBL Poils et Moustaches stérilise et soigne les chats errants depuis 2014.

Les vacances d’été viennent tout juste de s’achever et, comme chaque année en cette période, le constat est désolant dans les refuges et associations privées de la province de Liège venant en aide aux animaux. De nombreux chats (en ce compris des femelles gestantes) ont été abandonnés par leur propriétaire dans les refuges ou dans la nature. Si le chiffre augmente particulièrement durant l’été, le phénomène est toutefois visible toute l’année. Des abandons qui accroissent le nombre de chats errants dans certains villages et quartiers. Il semble toutefois que le problème ait diminué ces dernières années suite au processus d’identification et aux campagnes de stérilisation.

Aider le chat errant

Sensible à la misère féline et à la surpopulation des chats errants, Patricia Sottiaux s’est donnée pour objectif de soigner et stériliser "les chats errants et/ou abandonnés" en créant en février 2014 l’ASBL Poils et Moustaches. "Je stérilisais et soignais des chats errants depuis quinze ans. Je me suis alors dit qu’il fallait voir ça en plus grand car il y avait un réel besoin. Ça a vite pris de l’ampleur car on trouvait des chats partout", explique la fondatrice et présidente de l’ASBL qui est aussi assistante vétérinaire. Rien qu’en 2015, l’association, sise en région liégeoise et agréée en tant que refuge, a ainsi permis la stérilisation de 263 femelles et 157 mâles. Et depuis 2016, c’est pas moins de 53 femelles et 46 mâles qui ont pu être soignés et stérilisés avec comme principe qu’"ici, on ne pratique jamais l’euthanasie, on se bat jusqu’au bout sauf si l’animal est trop en souffrance". L’ASBL a également la singularité d’accueillir beaucoup de "cas lourds (chat cassé, aveugle). Car ce sont des chats qui méritent aussi de vivre".

Des bénévoles et des dons

Pour répondre à la demande toujours plus grandissante, Patricia Sottiaux peut compter sur l’aide de plusieurs bénévoles "motivés", d’un réseau de vétérinaires partenaires mais aussi sur la générosité d’amoureux des chats. "Nous ne disposons pas de subsides, nous ne fonctionnons qu’avec des dons que l’on récolte en organisant : brocantes, collectes de bouchons, tombolas, dépôts de nourriture… Pour les cas plus lourds, on met en place un système de parrainage qui permet de payer les factures vétérinaires". En tout, une quinzaine de cliniques vétérinaires partenaires travaillent aux côtés de l’ASBL. Les demandes sont prises en charge comme suit : "Les gens nous appellent pour stériliser ou soigner un chat errant. On leur prête une trappe pour attraper l’animal. Puis, on les renseigne chez quel vétérinaire ils peuvent aller le porter, précise-t-elle. Les chats vraiment errants de naissance sont remis sur site tandis que les abandonnés ou récupérables sont sociabilisés en famille d’accueil pour ensuite être proposés à l’adoption, le tout à nos frais".

L’ASBL peut compter sur l’aide de dix-sept familles d’accueil dans lesquelles séjournent les félins en attendant de trouver une famille définitive "qui leur convient le mieux, toujours respectueuse et responsable" ou d’être remis sur pied. Mais avec plus de 60 demandes en attente, l’ASBL est aujourd’hui au complet. "On a des places en famille d’accueil si on a des adoptions". Mais dans ces familles, beaucoup de chats sont considérés comme "inadoptables" : "Ils ne sont pas assez sociabilisés (travail qui prend au minimum six mois) ou trop malades". " P our l’instant, nous avons 45 chats à l’adoption dont 20 inadoptables. On est arrivé à saturation". Pour ces derniers, "l’idée pour le futur serait de trouver un endroit sécurisé où ils seraient libres de vivre leur vie : un fond de jardin, un terrain non occupé, une maison… On fait donc appel aux personnes qui seraient susceptibles de fournir ce lieu (en location, achat ou don)". Quant aux personnes désireuses de faire du bénévolat ou de devenir famille d’accueil, elles peuvent contacter l’ASBL via www.poilsetmoustaches.be.