Certains plaident pour une réhabilitation "douce" de cet axe abandonné.

C’était au début des années 60, la famille Lhoest, agriculteurs de père en fils, depuis près de dix générations déjà, était contrainte de céder ses terres, "nos meilleures", se rappelle le père d’Henri Lhoest, "celles proches de la maison". Et ce, pour la construction d’une portion d’autoroute, reliant l’E40 à l’E313… l’A601, soit un raccourci d’un peu moins de 5 kilomètres permettant de désengorger un autre échangeur… et enfermant le village de Milmort. Aujourd’hui toujours, la ferme Lohest a donc cette A601 pour voisine, à quelques mètres de la ferme… "Mes parents vivent toujours ici et, avec mon frère, nous exploitons la ferme", précise Henri.

Pourtant, cette autoroute inaugurée en 1964 n’accueille plus aujourd’hui le moindre véhicule… Depuis 5 ans précisément, c’est morne plaine. Pour des raisons de manque d’entretien en effet, il fut décidé (fin 2014) de la fermer, en attendant des jours meilleurs. Des jours que d’aucuns attendent toujours ; on parle désormais de 10 millions pour la réhabiliter. Ici, la végétation a donc repris ses droits.

Avec un groupe de riverains des Hauts-Sarts, la famille Lohest souhaite aujourd’hui attirer l’attention des autorités sur ce dossier… surréaliste.

Pourquoi maintenant ? Car riverains et agriculteurs militent toujours contre l’extension du zoning tout proche bien sûr mais aussi et surtout car ils s’insurgent contre cette "sortie" remarquée du président de la Spi, Claude Klenkenberg, évoquant la possibilité de créer ici une desserte locale pour le zoning, voire pour un nouveau zoning.

Même si cette idée a rapidement été écartée (lire ci-dessous) les riverains souhaitent saisir la balle au bond pour avancer leur idée pour la zone, celle d’une autoroute qui deviendrait une aire de promenade, une zone verte. D’ailleurs, elle l’est déjà !

Autoroute à vélos

"Il suffit de venir ici pour le constater, nous explique en effet Henri Lhoest, à même l’autoroute. Les gens n’ont plus d’endroit pour se promener avec le zoning et donc ils viennent ici." En pleine semaine, au milieu de la journée, des dizaines de personnes ont en effet pris possession de l’ancien axe rapide, avec leur vélo, leur chien.

L’idée ? "Pourquoi ne pas en faire un espace vert pour les enfants ? On sait que nos communes en manquent cruellement." Ou pourquoi ne pas faire ici une véritable… "autoroute pour vélos". Un terme à la mode qui trouverait sur l’A601 un terrain tout désigné.

Et l’agriculteur d’insister sur le caractère "ridicule" d’une réhabilitation pour le zoning. "Tout d’abord car il y a toujours des terres agricoles de part et d’autre de l’autoroute mais aussi car les friches industrielles sont encore très nombreuses", insiste-t-il. Ne serait-ce que Chertal, sur Oupeye. "Et que dire de toutes ces entreprises vides dans le Hauts-Sarts ? On nous dit que le taux d’occupation est important mais nous, sur place, nous constatons le contraire."

La détérioration de l’A601 marquera-t-elle, symboliquement, ce retour annoncé à une politique plus "verte" pour nos campagnes ? Plus que jamais les riverains et les agriculteurs veulent y croire : "Car, qu’on le veuille ou non, il faudra changer nos habitudes, atteindre l’autonomie alimentaire. Et il faut aussi tout simplement continuer à manger." Et donc, à cultiver…