Gazette de Liége

Impatiemment attendue de toutes parts, la décision du gouvernement wallon relative à l'attribution des fonds européens relevant de l'axe 3 -"développement territorial équilibré et durable" - est tombée ce jeudi (lire aussi en page 17).

Les opérateurs wallons (communaux, associatifs, privés) avaient rentré des projets sollicitant trois fois les budgets disponibles ! Pour la Wallonie hors Hainaut (qui faisait l'objet d'un programme spécifique), la Région wallonne a sélectionné 109 projets, pour un total de 312 millions d'euros. Beaucoup d'appelés et peu d'élus : le jeu peut sembler cruel. Mais, pour ceux qui décrochent la timbale, il en vaut largement la chandelle.

Rôle de métropolisation

En la matière, la Ville de Liège se taille une part de lion plus que respectable, empochant, à la grosse louche, la bagatelle de 116 millions d'euros. "Nos dossiers ont eu, aux yeux du jury, un profil très structurant", se félicite le bourgmestre liégeois Willy Demeyer quand le ministre Jean-Claude Marcourt pointe "la qualité des dossiers défendus face à un jury indépendant, qui a saisi le rôle de métropolisation pour tout le bassin".

Parmi les gros dossiers, trois incontournables emportent la mise. L'aménagement de la place de la gare obtient 30 millions d'euros comprenant la place, la passerelle cyclo-piétonne enjambant la Meuse et l'aménagement des quais. Estimée au départ à 48 millions d'euros, cette "fiche" a été revue à la baisse mais les enfouissements des voiries des quais, note le bourgmestre, devraient être supportés, en sus, par le MET. Quant à l'esplanade face à l'édifice Calatrava, elle relèvera, assure-t-on à la Ville, d'un partenariat avec le privé.

Dossier ficelé depuis un bon bout de temps, l'Opéra royal de Wallonie voit l'avenir en rose : 26 millions d'euros vont permettre de transformer et agrandir ses installations "afin d'en faire une institution européenne de pointe", note l'échevin des Travaux.

Dans la veine culturo-touristico-économique, le projet du Mamac situé à la Boverie a séduit le jury, qui alloue 23,5 millions d'euros. Un grand musée contemporain d'expositions temporaires et internationales: voilà, en substance, le sujet de ce dossier étudié par le GRE mais dont la forme et le fond doivent être détaillés.

S'ajoutent le lieu de mémoire Mnema (7,3 millions), un centre de design aux Guillemins (1,5), l'extension de la plate-forme Liège Logistics (3,6), du Liège Science Park (12,1) et du Giga (4,15) ainsi que diverses réhabilitations de sites pollués. Sur le carreau restent la bibliothèque des Chiroux, qui n'a pas passé la rampe du jury "mais que l'on va repenser d'une autre manière", la restauration de la tour Schöffer ou encore le dossier des jardins de l'Embarcadère du savoir.

Chiffrée à hauteur de 12,5 millions d'euros, la réalisation du plan de mobilité Ans-Rocourt sera, elle aussi, financée par les fonds Feder. Des subsides qui se répartissent comme suit: 50 pc de la Région wallonne, 40 pc des fonds européens et 10 pc à charge de l'opérateur. Avec un impératif: les projets soutenus doivent être achevés en 2015.