La Région wallonne ayant octroyé le 8 juillet le permis unique autorisant la construction du bâtiment, le projet de création du futur CHC de Liège vient de franchir une nouvelle étape. La clinique du MontLégia (c’est ainsi qu’elle vient d’être baptisée), qui s’érigera sur le site de l’ancien charbonnage Patience et Beaujonc dans le quartier de Glain, regroupera les activités des cliniques Saint-Joseph de Liège, Espérance de Montegnée et Saint-Vincent de Rocourt. Le premier coup de pelle sera donné en novembre. L’hôpital devrait être prêt à accueillir les patients et les quelque 2800 membres du personnel à la mi-2017, soit avec plus de six mois de retard sur le calendrier initial.

Cette idée de fusion a germé en 2006, avec comme objectifs d’optimiser et de centraliser la prise en charge des patients, de regrouper le matériel médical et de réaliser des économies d’échelle. Le site de Glain a été choisi deux ans plus tard. Aujourd’hui, toutes les étapes administratives sont franchies et on entre dans la phase de concrétisation.

Le coût du projet s’élève à quelque 260 millions d’euros, parking et abords compris mais hors matériel médical et mobilier. Il est subsidié en majeure partie par le fédéral, à hauteur de 215 millions versés en 33 ans à partir de la première année suivant la mise en exploitation. La Région wallonne contribuera de 14,5 millions, le reste étant financé sur fonds propres et via les honoraires médicaux du CHC.

Six étages et deux ailes

Ce nouvel hôpital sera construit en respectant des normes écologiques strictes puisqu’il sera basse énergie. Lumineux aussi, promet-on, avec de larges ouvertures et de la lumière naturelle dans tous les lieux de vie. Le MontLégia s’élèvera sur six niveaux et sera composé de deux ailes d’hospitalisation et de consultation, une pour accueillir les adultes, l’autre pour le pôle mère-enfant et la psychiatrie, agencées autour d’un bâtiment réservé aux services médico-techniques, comme le laboratoire ou le bloc opératoire. Un grand parking de 2000 places viendra compléter l’ensemble. Les accès seront facilités, tant via l’autoroute, les transports en commun que par le Ravel tout proche.

L’offre de soins de la clinique, que l’on annonce à la pointe de la technologie, sera complète (consultations, examens médicaux et hospitalisation). Elle disposera d’environ 720 lits d’hospitalisation classique auxquels s’ajouteront 120 postes d’hôpital de jour.

La question du sort des sites de Saint-Joseph, Espérance et Saint-Vincent n’est pas tout à fait réglée. Le CHC compte vendre les trois cliniques qui seront libérées de leurs activités quand le MontLégia sera opérationnel, pour éviter de laisser derrière lui des chancres urbains. Un comité d’accompagnement réunissant des experts en immobilier, urbanisme et de la Région wallonne a été mis en place afin d’évaluer les pistes de reconversion. Et le CHC table sur l’obtention d’un certificat d’urbanisme 2 qui devrait permettre aux promoteurs intéressés d’envisager un reclassement dans un cadre autorisé mais aussi de garantir aux riverains des projets trouvant une place harmonieuse dans la vie du quartier. Pour l’instant, plusieurs pistes de réhabilitation sont à l’étude. On évoque la création de logements, de bureaux, d’espaces publics et peut-être d’une crèche.