L’avant-projet définitif a été présenté aux conseillers communaux ce lundi.

C’est un dossier important pour la Ville de Verviers, en quête d’un profond renouveau : celui de la rénovation du Grand Théâtre. Construit en 1893 par l’architecte verviétois Charles Thirion, ce "théâtre à l’italienne" de style Louis XIV, est classé au patrimoine exceptionnel de Wallonie.

En octobre 2018, le bureau l’Escaut présentait la première version de l’avant-projet de rénovation de celui-ci : une restauration à l’identique du bâtiment ancien avec un nouvel aménagement des espaces, ainsi que la construction d’une extension contemporaine de 500 m2.

Il est prévu que ce nouveau bâtiment abrite une nouvelle scène, dotée d’équipements performants, afin de rendre le lieu vivant, polyvalent et accessible à tous publics, que ce soit pour des répétitions, des rencontres, des résidences d’artistes, des spectacles, des expositions, des étaliers, des animations, de sorte à perpétuer la riche tradition musicale verviétoise.

"Nous souhaitons que cette annexe soit un outil complémentaire au bâtiment existant, explique Olivier Bastin, du bureau l’Escaut. Il sera possible de fermer la salle pour la transformer en studio ou de l’ouvrir sur le théâtre pour l’agrandir."

Mais voilà, le conseil communal avait donné son accord à cet avant-projet à condition d’apporter des modifications de la façade en verre du tiers lieu. Après de nombreuses réunions et commissions, maquettes et dessins, essais et erreurs, et corrections, le bureau d’architectes a présenté ce lundi soir aux différents conseillers communaux l’avant-projet définitif de rénovation et d’extension du Grand Théâtre.

Accorder l’ancien et le nouveau

"Nous avons travaillé sur l’aspect extérieur du bâtiment annexe", a précisé Olivier Bastin, qui a dévoilé une architecture faite de verre, avec cette fois l’intégration de pierres reconstituées (les colonnades en béton blanc) de sorte à ce que la façade s’accorde davantage avec le bâtiment existant. "Nous l’avons voulue discrète et ouverte sur l’extérieur." Un espace de 50 cm sera prévu entre les deux façades "afin d’offrir une respiration, un raccord entre le nouveau et l’ancien".

La toiture ne sera quant à elle plus accessible "mais on garde l’idée de végétation". Les sièges (plus spacieux) de la grande salle seront quant à eux réalisés sur mesure "en se basant sur le modèle ancien".

La prochaine étape est l’octroi du certificat Patrimoine et Permis d’urbanisme. Le montant total des travaux est estimé à 30 millions d’euros, dont 12 millions subsidiés par la Région wallonne. L’ouverture du lieu est espérée pour 2026.