Il était destiné à un enfant nécessitant une intervention médicale urgente !

Les nuits se suivent et, souvent, se ressemblent à Liege Airport qui a de nouveau été impacté par la maladie nocturne et répétitive des aiguilleurs du ciel de Skeyes. Cette nuit une aide est venue d’Allemagne et a permis à quelques avions d’effectuer leur rotation normalement sur le sol liégeois.

Mais, il ne s’agit là que d’un emplâtre sur une jambe de bois. D’ailleurs, comme mentionné durant la semaine, le bilan pour Liege Airport et ses usagers est très lourd Ainsi, depuis le 1er mars – moment du début des actions chez Skeyes – plus de 400 vols cargo ont été concernés.

“Dans le détail, 368 vols ont été retardés, 10 vols ont été déroutés vers d’autres aéroports et 27 vols ont été annulés”, expliquait jeudi, Christian Delcourt, le directeur de la communication de l’aéroport liégeois.

“Ces actions de sabotage initiées par quelques contrôleurs aériens mettent en péril l’activité économique de l’aéroport mais également du secteur du transport et de la logistique”, indiquait-on à Liege. “C’est plus de 10 000 emplois qui sont menacés par le conflit en cours chez Skeyes qui déstabilise toute la chaîne logistique”.

Mais outre les conséquences économiques, les mouvements de grogne-maladie de Skeyes peuvent également avoir des conséquences humaines très graves. Ainsi, en raison de l’action perturbatrice du 16 avril 2019, plus de 1 000 échantillons de sang (envoyés par fret aérien à des laboratoires pour analyse spécifique urgente) sont devenus instables et les échantillons de sang devront être refaits.

Plus grave encore, un envoi contenant un cœur artificiel en provenance d’Allemagne vers l’Espagne n’a pas pu être livré. Le cœur artificiel était attendu à midi pour un enfant nécessitant une intervention chirurgicale urgente. La chirurgie a dû être reportée au lendemain, mettant ainsi la vie de l’enfant en grand danger. Tout s’est, semble-t-il et heureusement, bien terminé pour l’enfant.

Le drame a donc été évité, en tout cas celui-là.