C’est un ordre du jour particulièrement copieux, dernier conseil communal de l’année oblige, qui attendait ce mardi soir les élus hannutois. Et alors que d’aucuns s’inquiètent déjà des répercussions financières de la crise sanitaire, le budget initial 2021 a été présenté.

D’emblée et malgré donc le Covid-19, l’échevin Olivier Leclercq s’est voulu plutôt rassurant. Avec des dépenses et des recettes dépassant à peine les 20 millions d’euros, un léger boni est affiché, de l’ordre de 104 248 euros à l’exercice propre.

Quant au boni global, faisant état pour l’échevin d’une "saine gestion" et de "réserves accumulées", il se chiffre à 2,1 millions d’euros, auxquels il faut ajouter plus de 2 millions d’euros de provisions.

Au niveau des recettes, il est à noter une utilisation de ces dernières pour divers travaux ainsi que la reprise d’un fonds de réserve, soit un peu plus de 300 000 euros, dans le cadre de la gestion de la crise. "Il n’y a pas encore d’impact du Covid-19 sur les recettes fiscales dont l’IPP", a-t-il été précisé.

En matière de dépenses, celles de personnel et… de transfert, une spécificité locale étant donné l’importance du CPAS (qui pèse 118 euros par habitant contre 109 pour la police et 25 pour les secours), se taillent la part du lion.

La mobilité douce aussi à l’honneur

Malgré le Covid-19, lequel a engendré une hausse de près de 300 000 euros, Hannut fait figure selon Olivier Leclercq de bon élève au sein du cluster Belfius "Petites villes bien équipées en milieu rural". Une autre fierté exprimée a trait à l’évolution de la charge de la dette qui reste stable.

Du côté de l’extraordinaire, la Ville a inscrit des investissements de 8,3 millions d’euros avec environ 50 % de subsides. Ces derniers concernent le développement durable et la mobilité douce ou encore les travaux, un retard étant ici à rattraper, l’enseignement et la revitalisation urbaine.

La volonté de la majorité en place est bel et bien de poursuivre ses investissements tout en amortissant la crise. Il s’agit également, notamment par le biais du plan cyclable qui a aussi été présenté, de faire en sorte que Hannut prenne le train de la transition.