Une figure emblématique du paysage politique de Herstal… mais pas un socialiste. Il ne peut s’agir que d’André Namotte. Ce lundi soir, l’échevin EPH (Ensemble pour Herstal) démissionnera de son mandat d’échevin mais il restera bien conseiller communal, du moins jusqu’à nouvel ordre… "je ne compte en effet pas siéger jusqu’en 2024", nous confie-t-il.

Point de mésentente avec le partenaire PS mais bien l’aboutissement d’une carrière déjà bien remplie ; dont 15 années passées au collège communal de Herstal. C’est en 2006 en effet qu’André Namotte intègre le collège communal en tant qu’échevin de la Culture. Un poste qu’il "incarne littéralement aujourd’hui. Il faut dire qu’il était déjà loin d’être le petit nouveau, tant dans le monde politique que d’un point de vue culturel. Son premier conseil, il y a assisté en tant qu’élu dès 1989 et, entre 2001 et 2004, il fut député wallon en remplacement de Ghislain Hiance. Toujours, la culture et le monde associatif auront été un moteur pour lui qui était "inspecteur culture" à la Communauté française. Au moment de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur, il évoque quelques fiertés, dont certaines commencent à porter leurs fruits comme le réseau des bibliothèques, le centre culturel (reconnu depuis 2020), le musée dont les travaux (rénovation-extension) sont prévus cette année ou encore l’office du tourisme.

Assurément, André Namotte laissera un vide au collège communal. Quant à l’avenir du groupe EPH, il se jouera dans les prochains jours. Une réunion doit permettre de désigner le nouvel échevin. Le choix sera posé entre les deux autres élus EPH actuels, Sylvia Spagnoletti et Fabrice Merola.