À Crisnée, la mobilité, associée à la sécurité routière, est décidément un sujet pour le moins d’actualité. Et ce alors qu’un livre blanc en la matière vient d’être présenté par le collège. Mais cela n’a toutefois pas empêché l’opposition Écolo, par la voix de son chef de groupe, Yves Collin, d’évoquer un point particulier. Et ce lors du dernier conseil communal, où il fut également question d’autres points au préalable.

Parmi ces derniers, on retiendra notamment l’intervention décidée à l’unanimité dans l’achat de détecteurs de CO2. Une dépense, que la commune avait plafonnée à 100 euros par commerce, qui s’inscrit dans le cadre de la crise.

Des travaux à l’église

Un autre point important avait trait au marché public visant la désignation d’un bureau d’études en vue de la rénovation de l’église de Crisnée. Laquelle fait suite à un récent effondrement d’une partie de la façade avant. Alors même qu’une étude relative à l’état sanitaire a déjà été menée, la volonté de la commune est de faire appel à la créativité dans la réfection de la façade en question. Le coût de l’étude est de 20 000 euros à charge communale.

Le gros morceau du conseil fut constitué par un point supplémentaire visant la sécurisation de la chaussée Verte. Yves Collin a souligné "le désarroi des riverains" eu égard à une vitesse jugée excessive et à la pollution sonore du trafic.

Alors que ce dernier a émis plusieurs demandes dont celles de passages pour piétons et de pistes cyclables, un rappel des actions entreprises a été fait par le bourgmestre. Et de lister un revêtement datant de 2018 ainsi que la création de nouvelles pistes cyclables et d’un passage pour piétons.

En outre, tant Philippe Goffin que l’échevin en charge ont évoqué leur volonté d’uniformiser la vitesse à 50 km/h. Mais de rappeler qu’il s’agit d’une voirie régionale et que "rien ne sera possible sans une autorisation de la Wallonie". Un constat qui n’a pas satisfait Écolo tandis que la majorité a promis un suivi plus régulier.

Bruno Boutsen