L’homme aurait bénéficié de plusieurs centaines de milliers d’euros d’aides sociales.

Antonio, 54 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel de Liège pour répondre d’avoir, avec son épouse, profité d’indemnités du CPAS mais aussi de la mutuelle pendant de longues années alors qu’il exerçait en même temps une importante activité de vente. L’épouse de l’homme ne s’est pas présentée devant le tribunal.

Selon l’auditorat, le couple aurait fraudé entre début 2008 et février 2016. Pendant cette période, plus de 320 000 euros ont transité sur les comptes de ces personnes qui bénéficiaient d’aides sociales. Ils pourraient se voir condamnés à rembourser plus de 72 000 euros.

Les CPAS de Liège, de Herstal mais aussi la Caami, la Caisse auxiliaire d’assurance maladie-invalidité, se sont constitués parties civiles à l’encontre du couple. Les intéressés ont déjà été condamné pour avoir détourné plusieurs centaines de milliers d’euros à deux hommes âgés.

Antonio, qui a d’abord été restaurateur, aurait ensuite demandé à bénéficier de l’aide du CPAS alors qu’il vendait en même temps des GSM, des vêtements, des cyclomoteurs, des ordinateurs portables, mais aussi des voitures. Parmi les véhicules qu’il est soupçonné d’avoir vendus, on trouve deux Lamborghini…

Il a tenté de limiter les revenus dont il a bénéficié. "Il fallait payer les personnes qui donnaient la marchandise, je ne sais pas combien cette activité me rapportait", a-t-il indiqué. "Je donnais tout à ma femme."

Selon l’enquête, dix-sept voitures auraient transité par le foyer du couple. "Mon beau-père a envoyé plusieurs voitures en Italie, ce n’était pas pour moi. En ce qui concerne les Lamborghini, une des deux était amochée. Elle n’était pas flambant neuve. Le moteur ne fonctionnait pas."

Une autre audience est prévue en 2021.