Actuellement, le cancer quel qu’il soit touche encore près de 70 000 personnes chaque année en Belgique. En région liégeoise, on estime à environ 9 000 le nombre de patients, dont plus d’un tiers est soigné au sein du CHU de Liège. Comme indiqué ce mercredi par celui qui en est le directeur médical, à savoir Pierre Gillet, cette maladie a évolué au fil du temps et elle est aujourd’hui de plus en plus considérée comme une affection chronique. Laquelle nécessite un accompagnement sur le long terme avec pour question essentielle : "Comment vais-je apprendre à vivre avec cette maladie chronique ?"

Le cancer du sein… et les autres

Parmi les manières permettant d’améliorer autant que faire se peut la qualité de vie des patients concernés, et ce en l’espèce une fois leur traitement terminé, la pratique d’une activité physique est vivement conseillée. C’est d’ailleurs dans cette optique que tant le CHU que l’Université de Liège, qui propose un panel de formations en la matière, ont décidé de collaborer. Et ce ainsi qu’expliqué par Jean-François Kaux, chef du service de Médecine physique au CHU, dans la foulée d’une étude Inami réalisée durant plusieurs années. Laquelle avait trait au cancer du sein dont le taux de prévalence est élevé et l’espérance de vie plutôt favorable.

L’étude en question débutait par un constat : le cancer doit être pris en charge comme une affection chronique. Le hic, c’est qu’un manque était également constaté en Belgique en termes de rééducation. La volonté de ne pas s’arrêter là était présente et outre la création en cours au Sart Tilman du Centre intégré d’oncologie, il a été décidé d’officialiser la prise en charge après cancer qui existait déjà.

Laquelle s’est donc concrétisée par l’inauguration ce mercredi sur le site universitaire du Blanc Gravier d’un nouveau centre de revalidation après cancer. Soit en l’espèce un tout nouveau plateau de 120 m2 entièrement dédié à cette prise en charge voulue multidisciplinaire et qui représente un investissement total de 100 000 euros, également rendu possible grâce à la Fondation contre le cancer. On y trouve un équipement jugé performant et constitué notamment de bicyclettes ergométriques, de machines d’entraînement musculaire et cardio-respiratoire…

Comme souligné lors de l’inauguration, les objectifs thérapeutiques poursuivis sont multiples, le premier étant l’amélioration de la qualité de vie et de la capacité fonctionnelle. Mais il est aussi question de réduire les symptômes et les effets secondaires des traitements ainsi que de favoriser la réinsertion socio-professionnelle. Le nouveau centre, soit un espace voulu plus convivial que l’hôpital, est ouvert aux patients ayant présenté un cancer, lesquels pourront suivre un programme multidisciplinaire d’une durée de trois mois. Et ce à raison de plusieurs séances d’entraînement et de reconditionnement physiques. Une façon de montrer qu’une vie après le cancer est possible.