Une centaine d’altermondialistes a joué au chat et à la souris avec la police lundi matin. Ces manifestants pacifistes gardaient secret le lieu de leur action coup-de-poing destinée à conscientiser le grand public à la "nécessité de changer de système économique afin de sauver la planète". Les altermondialistes en provenance de Liège sont descendus du train à la gare de Bierset-Awans. Ils ont alors gagné, à pied ou à vélo, la zone Nord de l’aéroport de Bierset, une zone destinée au transport de marchandises.

Les manifestants ont, dès 11 heures, bloqué l’accès de la zone en formant une chaîne humaine. Les camions, peu nombreux en journée, n’ont pu ni entrer ni sortir du site. Si l’aéroport de Bierset a été choisi par ces altermondialistes comme théâtre de cette manifestation, ce n’est pas par hasard. "Liège-Bierset symbolise parfaitement ce système économique absurde dans lequel nous vivons", explique Amaury Ghijeling, porte-parole du mouvement. Sous la surveillance de la police, les manifestants ont tenté de faire connaître leurs propositions pour une économie plus en accord avec l’environnement.

"Nous proposons de délocaliser la production alimentaire. Nous demandons au gouvernement d’investir dans le long terme. Il doit arrêter de financer des polluants comme un aéroport. Nous voulons aussi dire aux citoyens qu’il est temps de prendre les choses en main", poursuit le porte-parole du mouvement. Quant aux transporteurs, ils ont pris avec philosophie cet arrêt forcé.

Les manifestants ont cessé d’eux-mêmes leur action vers 16h, levant le barrage humain qu’ils avaient formé sur la route : "Notre message est passé, c’était le but, et nous estimons que l’action est réussie". Le camp climat de Liège restera implanté sur le terrain du Haut des Tawes jusqu’à demain.