Retour en ville pour l’ULg" , titrait déjà il y a trois ans la "Gazette" au sujet de la volonté affichée par l’Université de Liège d’opérer en quelque sorte un retour aux sources. En effet, cinquante ans après la construction décidée sous la houlette de l’ancien recteur Marcel Dubuisson du campus du Sart Tilman en périphérie liégeoise, l’heure est désormais plus que jamais à un réinvestissement du centre-ville. Lequel se matérialise depuis plusieurs années mais est encore renforcé depuis l’arrivée récente à la tête de l’ULg du nouveau recteur Albert Corhay qui multiplie les projets en matière immobilière.

Comme expliqué par ce dernier, lequel a accepté de nous livrer sa vision en la matière, le premier jalon de ce retour en ville a été planté avec l’investissement par l’ULg de l’ancien complexe cinématographique Opéra où " nous avons racheté les salles et nous louons des bureaux ". S’il a fallu un peu plus de temps que prévu pour que l’opération se fasse, les nouveaux amphithéâtres d’une superficie totale de 2 500 m2 sont désormais opérationnels et l’ULg ne s’est pas limitée là puisqu’un nouvel espace multifonctionnel dédié notamment aux Presses universitaires a été inauguré il y a peu avant peut-être des salles d’études.

La volonté de réinvestir le centre-ville se marque aussi ailleurs et notamment dans le quartier Saint-Laurent où le recteur a exprimé récemment son souhait de pouvoir un jour accueillir la faculté de Droit dans l’ancien hôpital militaire. " Il est vrai que cela aurait du sens puisque le site est relativement proche du palais de Justice mais c’est un rêve auquel je ne crois pas vraiment ", précise Albert Corhay. Et de souligner que le retour en ville doit selon lui plutôt concerner les facultés de sciences humaines et non pas celles de sciences "dures", moins adaptées.

Une extension des HEC à l’ordre du jour

Dans le quartier Saint-Gilles, le sort à réserver au site des HEC fait également parler de lui. En effet, vu la hausse du nombre d’étudiants et dans une optique de regroupement, il était question dans un premier temps de rénover l’ancien institut Montefiore. " Cette option semble écartée en raison notamment des contretemps dus au caractère patrimonial du bâtiment ", explique le recteur, pour qui deux options restent sur la table dont celle ayant sa préférence, à savoir une extension par l’arrière de l’actuel site.

Concernant la seconde option, laquelle concerne la rénovation du bâtiment occupé les étudiants architectes et situé rue Fusch, elle est quant à elle liée à un autre projet. À savoir le déménagement prévu de l’ensemble de la faculté d’Architecture vers la caserne Fonck en Outremeuse. " Un accord doit intervenir à ce sujet ", précise Albert Corhay, faisant encore référence à la volonté de localiser la dentisterie sur le site de Bavière.



Le recteur prône la création d’une faculté d’éducation

Quand on évoque avec lui le fait que la stratégie immobilière de l’ULg relèverait du Monopoly, son recteur parle plutôt d’une vision claire, laquelle sera bientôt coulée selon ses dires dans un plan stratégique. Toujours au rayon des projets déjà en cours, la volonté de créer un véritable pôle dédié aux langues est aussi évoquée par ce dernier.

Comme expliqué par Albert Corhay, il s’agit de réunir la section traduction-interprétation (qui fut co-organisée par la Ville et l’ULg mais ne relève plus désormais que de cette dernière) et l’Institut supérieur des langues vivantes dans un nouveau bâtiment à construire à côté de l’ex-institut d’Anatomie. " L’Université a une présence historique là-bas et l’objectif est de la renforcer tout en revendant d’autres bâtiments si cela s’avère nécessaire ".

La mobilité, sujet central

Un autre sujet important et concernant également l’ULg a trait à la mobilité, de plus en plus problématique à Liège. À cet égard, celle-ci fut concernée récemment " comme riveraine ", dixit son recteur, par la polémique relative au réaménagement de la place Cockerill. " Les aménagements prévus (parking, passerelle…) auront une incidence sur le domaine universitaire ", estime Albert Corhay, lequel met encore en avant son " rêve " de voir un jour la bibliothèque qu’il convient " dans tous les cas " de moderniser s’installer dans l’ancienne Grand Poste.

Même s’il est beaucoup question du centre-ville, le campus du Sart Tilman n’est pas oublié avec la volonté affichée d’investir tant dans la création de parkings (en collaboration avec le CHU) que dans celle de cheminements dédiés notamment aux modes doux. " Des aménagements en termes de mobilité sont prévus au niveau de la future clinique vétérinaire, de l’éducation physique… ", est-il ainsi précisé.

Enfin, insistant sur la nécessité d’intensifier les liaisons en transports en commun (qui plus est en cas de grèves), le recteur envisage la question de la formation des professeurs. ‘ Il y a un peu de polémique mais l’essentiel est l’équilibre entre pédagogique et disciplinaire ", estime ce dernier, y voyant une opportunité pour l’ULg et les hautes écoles et prônant la création d’une nouvelle faculté d’éducation axée notamment sur le numérique.