En cette période de crise sanitaire qui perdure, la précarité étudiante est une réalité. C’est ainsi que, dans la foulée par exemple de l’Université de Liège, la Haute École de la Province de Liège a entrepris de distribuer des colis alimentaires à ses étudiants.

Ces jeudi et vendredi sur le site liégeois du quai Gloesener qui abrite le département technique de la HEPL, une première distribution de 150 colis alimentaires était organisée, notamment en présence de la députée provinciale Muriel Brodure-Willain.

Laquelle a mis en évidence le fait que cette opération a été initiée par le Conseil social de la HEPL et qu’elle s’inscrit par ailleurs dans les diverses actions de solidarité menées depuis le début de la crise. À en croire la députée, celle-ci s’est révélée bien nécessaire compte tenu du constat d’une précarité grandissante.

À ce stade, c’est un budget de 35 000 euros qui a été investi par le Conseil social dans cette opération. Laquelle est d’ores et déjà amenée à se répéter chaque semaine, et ce, au moins jusqu’à la fin du mois de mai, au début des examens.

Comme expliqué sur place, la distribution de ces paniers garnis de produits sains et issus des circuits courts s’est déroulée durant deux journées, sur un site unique afin de tenir compte des contraintes sanitaires tout en préservant une forme d’anonymat.

Une première salve de 150 paniers, pesant environ 5 kg chacun, a donc été distribuée tandis que 210 autres le seront dès la semaine prochaine, alors même que la HEPL compte plus de 9 000 étudiants, lesquels peuvent s’inscrire dans cette démarche en fonction de leurs besoins.

Une aide financière voulue plus globale

Alors que l’objectif est aussi de pallier le manque de jobs étudiants, c’est l’ASBL Promogest, déjà active au niveau des écoles secondaires, qui a été chargée de coordonner l’achat des denrées alimentaires. Soit au total 750 kg par distribution, ces derniers consistant en des fruits, des légumes, des féculents, du lait, des œufs… De quoi, selon la députée, contribuer à répondre aux besoins des étudiants tout en poursuivant un objectif avoué de transition alimentaire.

L’action de solidarité dont il est question ci-contre s’inscrit dans un soutien voulu plus global de la HEPL vis-à-vis de ses étudiants depuis le début de la crise sanitaire. En outre, depuis le 8 mars, les étudiantes peuvent bénéficier d’une aide annuelle de 80 euros pour l’achat de protections hygiéniques, 2 500 en ayant fait la demande. Ce qui représente un budget de 320 000 euros auquel il faut ajouter 400 000 euros d’aides financières supplémentaires. Et d’évoquer enfin le partenariat mis en place avec le service Openado afin d’offrir un soutien psychologique aux étudiants.

Bruno Boutsen