"Si vous ouvrez les terrasses le 1er mai, sachez que je ne m'y opposerai pas.", déclarait le gouverneur de la Province de Liège Hervé Jamar lors d'une réunion avec les services de sécurité et les bourgmestres liégeois mercredi dernier. Et il n'est pas le seul. Plusieurs bourgmestres de la province sont également favorables à une réouverture des terrasses le 1er mai avec, en tête de gondole, Willy Demeyer (PS).

Une cinquantaine de restaurateurs liégeois se sont réunis dans le centre de Liège lundi pour afficher leur volonté d'ouvrir coûte que coûte leur terrasse lors de cette date symbolique. Ils affirment toutefois qu'ils respecteront le protocole qui était en vigueur l'été dernier, que la distanciation sera appliquée aux tables et qu'ils limiteront l'accès à ces dernières à quatre personnes maximum. Pour certains, ouvrir est devenu une question de survie: les indemnités du gouvernement ne leur permettent pas de payer leurs charges fixes, disent-ils

Pour le bourgmestre de Liège, ouvrir les terrasses est la solution pour en finir avec les fêtes clandestines. "La police de Liège est fatiguée. Ca fait des années qu'elle est sur la brèche. Elle a de plus en plus de difficultés à intervenir durant ces manifestations et je pense que la police peut avoir une forme de compréhension à cet égard", explique-t-il au micro de RTL. Concernant une éventuelle intervention de la police en cas d'ouverture le 1er mai, Willy Demeyer répond : "En tout cas pour les terrasses je ne pense pas." Plusieurs bourgmestres de la province de Liège, contactés par RTL, disent également suivre cette initiative.


Coup de pression avant le Comité de concertation

La décision d'une autorité locale de désobéir ouvertement au gouvernement fédéral représente une situation inédite. Mais Willy Demeyer et Hervé Jamar ne sont pas encore dans l'illégalité car le comité de concertation ne s'est pas encore réuni. Pour le moment il s'agit plutôt d'un grand coup de pression et d'un signal fort à l'adresse du fédéral.

Mais si la réouverture de l'horeca est finalement reportée ce mercredi, un bras de fer pourrait alors avoir lieu entre le fédéral, à savoir la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden en tant que responsable politique de la police, et les autorités provinciales.

Ces déclarations des élus locaux ont en tout cas eu pour conséquence une grande affluence des réservations dans les restaurants liégeois.

Faut-il rouvrir coûte que coûte les terrasses le 1er mai ?

Votes clôturés

Oui, il est plus que temps 74,9%
Non, ce serait imprudent vu les chiffres 25,1%
12664 votes