Original Ce projet inscrit au budget 2020 doit se développer dans le courant de la législature.

Après quatre jours de conseil provincial, le budget 2020 de la Province de Liège, tel que proposé par le collège PS-MR, a été adopté majorité contre opposition Écolo-PTB-CDH. Un budget qui traduit selon le collège la bonne santé financière de l’institution et un investissement dans ses compétences historiques tout en réfléchissant à l’évolution de celles-ci.

Parmi les investissements projetés dans ce budget 2020, lequel a été critiqué sur les bancs de l’opposition, il en est de plus surprenants que d’autres. Ainsi donc, on peut notamment épingler, outre par exemple la volonté réaffirmée par la majorité de mener à bien son projet d’abattoir pour volailles, celui de création de ruches connectées.

Un premier pas a été franchi

Si ce dernier doit prendre forme dans le courant de la législature, l’heure est actuellement aux études et autres analyses des lieux potentiels destinés à les accueillir. Mais la volonté est bel et bien là dans le chef des édiles provinciaux et un premier pas important a été franchi en la matière. À travers ce projet pour le moins original, il est également question de montrer que la transversalité est désormais de mise au niveau des différents services provinciaux.

En effet, comme expliqué par le député provincial-Président Luc Gillard (PS), le projet dont il est question en l’espèce se situe aux confins des transitions numérique et écologique. Au départ d’un service d’apiculture qui doit être créé par la Province, l’objectif est de développer des ruches connectées sur des bâtiments provinciaux en milieu urbain.

Le but final, ainsi que souligné au conseil provincial tant par ce dernier que par le député en charge de l’Environnement André Denis (MR), est de toucher le plus large public possible et de le sensibiliser (notamment des jeunes) à la protection de la biodiversité.

Il est également considéré par leurs promoteurs que ces ruches connectées sont un atout important, et ce tant en ce qui concerne la gestion pratique de l’exploitation des ruchers (notamment via des capteurs intelligents) que l’aspect lié à la communication et à la visibilité de l’action provinciale auprès des citoyens.

Bruno Boutsen