Gazette de Liége Elle s’est rendue jeudi matin au Conservatoire royal de Liège.

La reine Mathilde s’est rendue jeudi matin au Conservatoire royal de Liège afin d’y effectuer une visite dans le cadre de sa tournée des lieux d’enseignement et de création et autres conservatoires royaux comme elle l’a déjà fait à Mons ou Anvers. La Reine, elle-même musicienne, n’a jamais caché son intérêt pour cet art, elle qui est par ailleurs présidente d’honneur du Concours musical international Reine Elisabeth.

Les responsables de l’institution liégeoise, prévenus il y a deux mois du vif intérêt de la Reine pour ce lieu d’enseignement, ont souhaité développer une approche "qui correspond à la réalité quotidienne. Nous n’avons pas suspendu les cours, nous avons juste adapté l’agenda afin de permettre à la Reine de découvrir le florilège que nous pouvons offrir à nos étudiants", explique Stéphane De May, directeur du domaine de la Musique qui comprend 300 étudiants.

Après un passage par la bibliothèque et la réserve instrumentale de l’institution, la Reine Mathilde a pu assister à un atelier proposé par les étudiants de Formation musicale distillé aux élèves de l’Académie Grétry. La Reine a ensuite assisté à l’interprétation du Barbier de Séville par l’orchestre symphonique du conservatoire royal de Liège en la salle philharmonique. Elle s’est dite impressionnée et émerveillée par les lieux et n’a pas hésité un seul instant à monter sur scène afin de féliciter les musiciens tout en échangeant avec eux durant de longs instants.

Au terme de ce moment musical, elle s’est entretenue quelques minutes avec des étudiants sur les thèmes de la présence des étudiants étrangers au Conservatoire royal mais également sur l’insertion professionnelle des jeunes musiciens.

Une meilleure visibilité

Cette matinée s’est achevée par un concert final à l’auditorium, concert reprenant une série d’œuvres classiques, contemporaines ou anciennes, le récital s’achevant par Morgen de Richard Strauss interprété par Sabine Conzen (chant) et Marc Bouchkov (violon) accompagnés de Stéphane De May au piano.

"Cette visite a offert une visibilité particulière au Conservatoire. C’est une visite qui restera gravée dans les mémoires tout comme les interrogations de la Reine à chaque fois empreintes d’une grande réflexion qui prouve que la musique demeure, pour elle, incontournable", a souligné M. De May en guise de conclusion. (Belga)