Depuis ce 15 novembre, 118 hommes et 22 véhicules sont prêts à affronter l’hiver.

Sur les cinq derniers hivers, la consommation moyenne de "sel" fut de 2 000 à 2 500 tonnes pour la Ville de Liège. On ne parle bien sûr pas de sel de table et encore moins de Guérande mais bien de "gros" sel, celui de déneigement qu’on épand sur les routes lorsque les premiers frimas déposent au sol une fine et dangereuse couche de givre.

"À la Ville, nous sommes plus fourmi que cigale", commentait ce mercredi Roland Léonard, échevin des Travaux en charge du service Hiver qui vient de lancer officiellement le Plan Hiver. Depuis ce terrible hiver 2010-2011, lorsque toutes les routes de la province avaient été paralysées par la neige abondante et que le sel avait manqué, Liège prend ses précautions. Dans les stocks, on trouve donc 4 000 tonnes de sel pour affronter l’hiver 2019-2020. "Il ne faut bien sûr pas que du matériel", poursuit l’échevin qui détaillait le "plan de bataille". Il faut aussi des effectifs et de l’organisation.

Depuis le lancement officiel du Plan ce 15 novembre dès lors, ce sont pas moins de 118 hommes qui sont mobilisés pour sécuriser les voiries en cas de précipitations. Tous ne sont pas "casernés" au site de Trou Louette (Bressoux) bien sûr, "ils sont organisés en équipes".

250 kilomètres de réseau prioritaire

Concrètement, 62 hommes sont affectés aux circuits prioritaires là où 56 le sont aux circuits secondaires. Sur les 660 kilomètres de voiries que compte Liège en effet, 550 sont gérés par la Ville (le reste par la Région) et 250 kilomètres font partie du réseau prioritaire, c’est-à-dire réseau déneigé en priorité. "Il s’agit de 7 circuits de 35 kilomètres environ, qui comprennent les grands axes, ceux vers les hôpitaux, les écoles, utilisés par les transports en commun." Des axes sur lesquels l’épandage est curatif, pas préventif, car en ville, l’épandage préventif est inutile… "Mais nous sommes mobilisés dès 4 ou 5 h du matin, voire plus tôt si cela est nécessaire", insiste l’échevin, sûr de l’efficacité du service.

Il faut dire que depuis 2010 en effet, la machine est bien huilée. À sa disposition, le service Hiver a 9 grandes épandeuses (5 m3 de sel), 10 petites (1 m3), 2 véhicules 4 x 4 multifonctions et même un tracteur agricole. En cas d’urgence, n’hésitez pas à composer les numéros suivants : 04/238.334.00 (échevinat) et 04/238.33.88. (Allô Maintenance).

Une balayeuse pour les pistes cyclables

Chaque année, c’est le regret émis par de nombreux cyclistes : pourquoi ne pas déneiger aussi bien les pistes cyclables que les voiries communales ? Car c’est, techniquement, un peu différent. "Mettre du sel sur ces zones n’est pas efficace", constate l’échevin, "car il n’y a pas assez de passage dessus". Cette année toutefois, la Ville a fait l’acquisition d’une balayeuse spécialement conçue pour déneiger les cheminements cyclo-pédestres. Il s’agit d’un balai rotatif qui déneige sur une largeur de 1,60 m. Il pourra être utilisé pour le Ravel par exemple et les différents "corridors vélos" de la ville.