Il y a deux ans, Madame le bâtonnier Isabelle Tasset a assisté à un spectacle mis en scène à Lantin par des détenues. Ces dernières exprimaient au cours de cette pièce leurs difficultés dans leur quotidien. "J’ai été très émue lorsque certaines ont abordé la question de leur enfant dont elles sont privées parfois durant plusieurs années, témoigne Isabelle Tasset, elles les voient très peu et dans de mauvaises conditions. La salle d’attente et la pièce dans laquelle les visites se déroulent ne sont pas équipées pour accueillir les enfants".

Le conseil de l’Ordre des avocats du barreau de Liège a accepté de réfléchir à des solutions, et a eu une rencontre avec les barreaux de Mons et de Gand portant sur cette thématique. Avec sa commission des libertés, le barreau de Liège a rencontré la direction de Lantin pour proposer que notre barreau participe à un projet pour améliorer la situation. "Dès qu’il s’agit de modifier les infrastructures, cela se complique grandement pour nous, car il faut obtenir l’accord de la Régie des Bâtiments, indique Christine Ratajezak, directrice gestionnaire de la prison de Lantin, on a dès lors proposé des solutions afin d’améliorer la qualité de l’accueil des enfants dans la salle de visite dans laquelle les détenus reçoivent les visites de leurs proches".

C’est dans ce cadre que Madame le bâtonnier a remis à la prison de Lantin ce lundi plusieurs caisses remplies de jeux et de jouets destinés à ces jeunes enfants, qui auront donc la possibilité, dans la salle de visite de la maison d’arrêt, de la maison de peine ou du quartier des femmes, de jouer avec leur parent ou proche détenu lors des visites. Les jeux seront disponibles dès les visites de cette semaine. En outre, à moyen terme, il est prévu que "les deux espaces d’attente pour les visiteurs qui précèdent la salle de visite vont être rénovées, avec, dans au moins un de ces deux espaces, une télévision qui diffusera des dessins animés, précise la directrice gestionnaire, et, à plus long terme, on espère pouvoir aménager une aire de jeux au sein du centre pénitencier, mais ce projet reste à l’heure actuelle de l’ordre de l’hypothétique".

"Une initiative qui va dans le bon sens"

Michel Legros est agent pénitentiaire à Lantin. Avec 21 années d’expérience, dont 3 ans comme titulaire de la salle de visite de la maison de peine, l’homme estime que le projet de mettre à disposition des jouets dans la salle de visite pour les enfants venus rendre visite à un parent ou proche détenu est "une initiative qui va dans le bon sens". "Souvent, les enfants courent dans la salle, et n’ont pas grand-chose pour s’occuper. Les visites peuvent durer jusqu’à deux heures, sans compter le temps en salle d’attente, ce qui est long pour un enfant, témoigne Michel Legros, nous mettons souvent à disposition des crayons de couleur, avec des photocopies de dessins à colorier, mais nous n’avions pas les moyens de financer de notre poche de véritables jouets". L’arrivée de ces jeux est un soulagement pour l’agent pénitentiaire. "L es détenus doivent certaines fois régler des choses importantes avec leurs proches, et, pendant ce temps-là, nous nous retrouvons parfois à devoir nous-même s’occuper des enfants", témoigne Michel Legros.