Il n’y a pas qu’au sein des partis de la coalition fédérale que les mesures décidées vendredi par le Comité de concertation ont du mal à passer...

Ainsi donc, dans un entretien avec nos confrères de Sudpresse, le bourgmestre de Hamoir, Patrick Lecerf (MR), ancien député wallon, s’est laissé aller... Et ce alors que la fameuse "bulle sociale" n’a pas été augmentée en vue des fêtes de fin d’année.

Or, pour ce dernier, il n’est pas question de respecter ces règles, jugées trop strictes, du moins lors du réveillon de Noël. " Je ne vais quand même pas inviter juste mon fils et refuser à ma belle-fille et à mes petits-enfants de venir ." Lequel affirme d’ores et déjà qu’il le passera en famille… élargie, tout en restant prudent.

Contacté par nos soins et connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, Patrick Lecerf n’entend donc pas faire figure d’exemple en tant que bourgmestre. Même s’il dit bien comprendre que " l’enchaînement de deux fêtes à une semaine d’intervalle constitue un danger dans le contexte actuel ".

Concernant le réveillon de Noël, le maïeur en appelle à ce que le gouvernement fasse un geste car, estime-t-il, " les citoyens ont besoin d’espoir ". Et de faire référence aux nombreux efforts que la crise sanitaire a engendrés.

Le geste attendu n’est pas venu, un comble selon lui, d’autant que, assure-t-il, " bon nombre de personnes ne respectent plus les règles ". Comparant avec ce qui se fait ailleurs, il critique l’attitude du ministre de la Santé et dit avoir aussi reçu de nombreuses marques de soutien.