Liège Le dispositif socio-sanitaire de la Province est de nouveau effectif à la caserne Saint-Laurent.

Dès le début de la crise sanitaire actuelle, Ville et Province se sont unies. Et ce, au travers du collectif dénommé "Astrid2020", afin d’organiser un accueil alternatif et centralisé des personnes sans-abri.

Soit en l’espèce un public particulièrement vulnérable, le but avoué étant alors de le préserver autant que possible. Il était aussi question d’assurer une continuité dans la prise en charge de ces personnes. Et ce face notamment à la fermeture des structures d’accueil.

Depuis quelques jours, ce plan d’urgence relatif aux SDF qui avait notamment été appelé de ses vœux par la députée provinciale Katty Firquet (MR) a été levé. Lequel a, selon les dires de ses intervenants, rempli sa mission et répondu aux attentes de ces derniers.

De nouvelles actions à caractère social ont été mises sur pied afin de faire face à la crise. Lesquelles, pour certaines, ont été maintenues dans le cadre d’un "après parc Astrid" qui est désormais de mise. Celui-ci a été envisagé comme annoncé selon quatre axes prédéfinis.

À savoir pour rappel la fonction liée au logement et à l’hébergement mais aussi le suivi social, le suivi médical ainsi que l’hygiène.

Des adaptations ont été réalisées

Si les pouvoirs publics concernés ont pris acte de la levée du plan d’urgence, la plupart des services ont repris leurs activités. C’est notamment le cas de ceux de la Ville et du CPAS (via son Relais Santé) de même que de ceux de la Province, via son Carrefour Santé Social.

De retour dans ses murs, il s’attendait à une demande plus importante. C’est ainsi que les plages horaires ont été étendues concernant l’accès aux sanitaires. Des permanences médicales ont également repris sur place.

Comme expliqué par Katty Firquet, la volonté est d’étendre le public concerné, y compris les personnes connaissant des difficultés passagères. À noter qu’un contact téléphonique a été maintenu avec 120 d’entre elles.

Bruno Boutsen