Dans quelques mois, le bâtiment du parc d’Avroy renaîtra de ses cendres.

Le Mad Musée, initialement Trink-Hall, installé au cœur du parc d’Avroy, a déjà connu plusieurs vies, marquant ainsi plusieurs générations de Liégeois. Ce jeudi 13 juin 2019, une visite du chantier de rénovation-extension de ce café-musée était organisée ; l’occasion de découvrir, quelques mois avant l’inauguration officielle, ce nouveau décor.

Il y a quelques années encore, c’est le bâtiment "moderne", construit en 1963 sur les plans de l’architecte Maurice Chalant, qu’on pouvait donc observer à l’ombre des platanes. Ici se développaient les activités du Mad Café et du Mad Musée, musée d’art différencié, accueillant depuis 1982 le Créahm, qui propose une production assez fascinante d’artistes handicapés mentaux… Les deux institutions sont donc appelées à réintégrer le lieu mais, aujourd’hui, ce bâtiment jadis moderne est en quelque sorte "caché", nullement détruit.

Vaste espace muséal

Dans cette enveloppe en effet, l’ancien "Mad", mis sous cloche, et le nouveau, se dévoilent, avec une surface d’exposition qui passe de 100 m² à près de 600 m². L’une de ses forces sera de capter naturellement la lumière extérieure, principalement grâce à sa peau "opaline et isolante". Le plateau, à l’étage, est vaste de 300 m² et se situe sur l’ancienne toiture-terrasse. C’est sans conteste d’ici que les vues sont les plus belles, sur le parc notamment. En outre, l’espace est ouvert sur le grand hall d’accès et l’espace d’expositions temporaires. En observant le bâtiment, on retiendra aussi qu’un nouvel espace est porté par une colonne, créant un vaste porche et une salle d’exposition supplémentaire de 100 m². Dans le bâtiment, on retrouvera encore un centre de documentation, un espace d’activités pédagogiques, un espace librairie et, bien sûr, le café-restaurant, plus ouvert sur le parc qu’auparavant.

Le Mad Musée change donc de "structure" mais conserve des traces du passé, en changeant notamment de nom. De Mad Musée, il redevient Trink-Hall,… Museum cette fois. Carl Havelange, professeur d’histoire culturelle à l’ULiège, à qui la direction artistique du Trink-Hall a été confiée, nous parle de ce retour aux sources. "Ce qui est recherché est l’inscription du bâtiment dans son lieu. Ici, nous avons eu 3 bâtiments qui, à chaque fois, ont porté la modernité de leur temps mais parallèlement, il y a un respect de l’histoire et de l’ancrage". Et Carl Havelange d’évoquer la notion "d’art situé qui définit la politique muséale du Trink-Hall".

Nouveau nom et nouvelle structure donc… "ce qui procède de l’affirmation d’une identité et d’un nouveau programme d’expositions". L’inauguration est prévue pour le printemps 2020.