Gazette de Liége

"Liège est une ville bien plus verte qu’on ne le pense". Tel est l’avis de celui qui est désormais en charge de l’Environnement au sein du collège liégeois, à savoir André Schroyen (CDH). Ce dernier était déjà préalablement chargé de la Propreté et il a donc hérité de l’Environnement auparavant dévolu à Michel Firket (CDH). Ce dernier avait d’ailleurs mis en évidence à plusieurs reprises la nécessité de créer un "maillage vert" en Cité ardente. Une volonté que dit partager André Schroyen, lequel fait toutefois la distinction entre les parcs publics et les jardins privés.

Dans le point sur la situation des parcs liégeois, l’échevin de l’Environnement débute par celui d’Avroy. Un parc de quelque 7 000 m2, doublé d’un étang couvrant à lui seul plus de la moitié de cette superficie, qui fait régulièrement l’objet de constats peu amènes des riverains du site. Surexploitation festive, manque d’entretien, problème de sécurité et on en passe. Un souci de surexploitation n’est d’ailleurs pas nié par André Schroyen, pour qui "il est parfois frustrant pour les services de voir leur travail à peine terminé déjà saccagé". Comme pour répondre aux riverains du parc d’Avroy, des travaux s’y déroulent - enfin - en ce moment, alors que reviennent les beaux jours. "Actuellement, les services s’attellent à la restauration des maçonneries des berges de l’étang, précise l’échevin. Le budget pour ce faire est d’environ 200 000 euros et il s’ajoute aux investissements déjà consentis dans le passé ou encore à venir". Et de faire notamment référence au curage de l’étang, à la séparation du réseau d’égouttage ainsi qu’au réaménagement des abords de l’étang, qui sera prévu dans le cadre du budget 2013.

Autre espace vert, autres travaux importants : le parc Saint-Agathe. Situé dans le quartier Saint-Laurent et dépendant anciennement de l’hospice éponyme qui fut réhabilité, ce parc s’étend sur plus de 10 000 m2. Budgété dès 2012 et subsidié à hauteur de 90 % par la Région wallonne, un montant de 800 000 euros doit servir à en faire un parc public sécurisé. Le hic, c’est que le chantier avance plutôt lentement "Un premier lot est en train de se dérouler actuellement et le second lot, consistant en des travaux de ferronnerie, sera inscrit au budget 2013", précise encore André Schroyen. Lequel mentionne également, parmi les travaux en cours mais qui prennent plus de temps que prévu - "souvent, toute une série de petites dépenses supplémentaires se font jour", reconnaît-il -, ceux ayant trait au parc public dit Morinval - 4 Tourettes du nom de cet ancien château sis dans le quartier Saint-Léonard. "Le budget global est ici aussi conséquent puisqu’il avoisine les 500 000 euros mais le projet bénéficie de subsides de la Région wallonne puisqu’il s’inscrit dans le cadre de la ZIP-QI de Saint-Léonard", dit l’échevin.

Un gros morceau est également constitué par le parc de la Chartreuse. Lequel, véritable poumon vert liégeois d’une superficie de près de 20 hectares qui sont propriété de la Ville, se divise en plusieurs parties - dont "certaines sont destinées à rester à l’état sauvage", selon André Schroyen - et fait l’objet d’un projet européen Value Added. La Ville entend y recréer des cheminements piétons sécurisés et de qualité. "L’un d’eux, celui dit de la lande aux aubépines, a été inauguré il y a peu et un autre, accessible aux PMR, va l’être bientôt", se réjouit l’échevin liégeois, qui évoque aussi la possiblité d’une nouvelle entrée via le quartier d’Amercoeur et la rue du Beau Mur. Enfin, last but not least tant on pourrait multiplier les cas d’espèce, André Schroyen fait mention de sa volonté de se préoccuper du parc attenant au château de Péralta, sans oublier celui de la Boverie mais qui dépend du projet Ciac. Par contre, il ne pipe mot relativement au devenir du parc Astrid de Coronmeuse dont l’état ne cesse pourtant d’inquiéter les riverains du site.