Le militant avait critiqué l’état des ours polaires durant l’été caniculaire de 2018.

Tout le monde se souvient de cet été 2018… et plus particulièrement de ces chaudes semaines durant lesquelles le thermomètre a régulièrement flirté avec les 40°C…

C’est dans ce "climat" pesant que la polémique a enflé à Aywaille. Lorsque Jean-Michel Stasse, militant bien connu et actif dans la lutte pour le bien-être animal, a mis en lumière l’état jugé "déplorable" des ours polaires du Monde Sauvage. Un avis largement relayé sur les réseaux et, on l’imagine, abondamment commenté…

C’en était trop. À l’instar du parc Pairi Daiza, le Monde Sauvage d’Aywaille a décidé, ce printemps 2019, d’attaquer Jean-Michel Stasse en justice. Et si le parc a été débouté une première fois, cette affaire est loin d’être finie. On connaît désormais le montant réclamé…

Ce vendredi en effet, la défense du militant animalier, représentée par Me Arnaud Jaminon, nous a confirmé que le Monde Sauvage réclamait le montant de 25 000 euros à Jean-Michel Stasse, "sous réserve d’une meilleure estimation" . Et ce doit-on comprendre, pour réparer le préjudice créé.

Si à Mons, Jean-Michel Stasse a perdu son combat face à Pairi Daiza - l’obligeant à indemniser le parc et à fermer ses comptes sur les réseaux - il n’en fut pas de même dans l’affaire du Monde Sauvage. Fin juillet en effet, le juge du tribunal civil avait débouté le parc animalier. Le parc réclamait 500 euros par jour et par "post" dénigrant le parc comme l’interdiction de porter atteinte à l’honneur et à la réputation du Monde Sauvage.

Mais cette affaire n’est donc pas terminée puisque le débat sur le "fond" n’a pas encore été mené, raison pour laquelle le parc animalier, qui peut toujours faire appel de la décision tombée fin juillet, réclame une telle somme. L’affaire devrait être plaidée en mai voire en juin 2020…

Déjà, Me Jaminon s’interroge : "Je ne vois vraiment pas en quoi on considérerait comme une faute le fait de donner son avis sur Facebook..." Affaire à suivre.