Énergie Le responsable du site nucléaire a fait le point de la situation ce mardi sur place.

C’est assez rare pour être souligné : ce mardi, Engie Electrabel, à savoir l’exploitant de la centrale nucléaire de Tihange, organisait une rencontre de presse. Laquelle n’était donc pas consécutive à une quelconque alerte ou bien à un exercice comme elle en connaît environ 100 par an.

Il s’agissait plutôt en l’espèce pour le responsable du site, à savoir Jean-Philippe Bainier, de faire le point de la situation. Et ce à l’heure où les sujets d’actualité liés à la centrale en tant que telle ou à l’avenir du nucléaire en général ne manquent pas.

Ce Français est tout sauf un néophyte en la matière puisque, s’il est en poste à Tihange depuis 2017 (jusqu’à la fin de cette année), il a 34 ans d’expérience à son actif. C’est ainsi qu’il fut notamment directeur de la centrale nucléaire de Fessenheim, située en Alsace et qui s’apprête à fermer ses portes en 2020.

Évoquant l’histoire dans laquelle s’inscrit la construction de trois réacteurs à Tihange, entre 1975 et 1985, il a rappelé le partenariat unissant Electrabel à EDF, devenu Engie. "Le nucléaire ne produit pas de CO2 ", a-t-il d’emblée souligné.

25 % de la consommation électrique belge

C’est ainsi que, à en croire ce dernier, ce sont pas moins de 14 millions de tonnes de CO2 par an que permettent d’économiser les centrales nucléaires belges. En outre, avec 20,5 TWh d’électricité, celle de Tihange a produit 25 % de la consommation électrique belge en 2019.

Quant aux capacités de production des trois réacteurs, datant de 1975, 1983 et 1985 et dont la durée de vie est encadrée par une loi de 2003, elles sont respectivement de 6,71, 6,82 et 7,6 TWh par an.

Rappelant le fonctionnement d’une centrale nucléaire, via une réaction en chaîne depuis la fission de l’atome jusqu’à la production de chaleur puis d’électricité, le responsable du site de Tihange a insisté sur l’importance de l’eau. Celle de la Meuse est ainsi utilisée pour le refroidissement, l’essentiel de ce qui est prélevé y retournant.

"Outre le fait d’être une grande consommatrice d’eau, la centrale de Tihange est aussi une grande contribuable", insiste son directeur. En effet, 35 millions d’euros par an sont reversés aux pouvoirs publics tandis que le montant des commandes aux fournisseurs atteint plus de 200 millions d’euros.

Bruno Boutsen