Histoire La galerie couverte liégeoise va faire partie d’une association européenne.

Vénérable institution commerciale à Liège depuis sa création au cours du XIXe siècle, le passage Lemonnier fait partie de ces exemples historiques de galeries couvertes qui ont vu le jour à cette époque en Europe. Afin de les fédérer mais également de soutenir les commerçants qui y sont installés ainsi que d’envisager une reconnaissance internationale, une association destinée à les réunir va être lancée.

Lancement vendredi à Paris

Le lancement de cette association des passages et galeries historiques en Europe aura lieu ce vendredi à l’Institut des Beaux-Arts à Paris. Et ce alors même que depuis plusieurs années, une série de jumelages entre galeries belges et françaises existe. À savoir notamment celui existant depuis 2014 et comme rappelé par son ancien gestionnaire Olivier Hamal entre le passage Lemonnier et le passage Choiseul. Ou encore entre les galeries royales Saint-Hubert et le passage Pommeraye d’une part ainsi que la galerie Vivienne d’autre part, sans oublier le jumelage initié durant cette année entre le passage du Nord et la galerie de la Madeleine.

La vitesse supérieure va donc être enclenchée. Quatre pays seront représentés dans un premier temps au sein de l’association basée dans notre pays : la Belgique avec les galeries royales Saint-Hubert, le passage du Nord et le passage Bortier (Bruxelles), le passage Lemonnier (Liège) et le passage de la Bourse (Charleroi) mais aussi la France avec la galerie Vivienne, le passage de la Madeleine, le passage Choiseul (Paris) et le passage Pommeraye (Nantes), sans oublier les Pays-Bas au travers de La Haye et l’Espagne au travers de Valladolid.

Destinée à accueillir à terme d’autres pays européens tels que l’Italie ou le Royaume-Uni et dénuée de tout but de lucre, l’association a pour objectif de faire connaître, de promouvoir et d’animer, et ce sous différents aspects, les passages et galeries historiques en Europe. Elle entend en outre attirer l’attention du grand public et des pouvoirs publics sur les qualités patrimoniales et esthétiques de ces lieux de vie, de logement, de commerce et d’activités économiques de même que sur la nécessité d’en assurer la protection, la valorisation et la conservation.

Bruno Boutsen